Sophia Antipolis , la première technopole d’Europe s’impose pour accueillir un institut interdisciplinaire d’intelligence artificielle (3IA)

La Côte d’Azur constitue l’une des métropoles universitaires françaises présentant une des plus importantes densités scientifiques nationales en sciences du numérique et en mathématiques avec Paris et Grenoble. Elle abrite également la plus importante et la plus ancienne technopole d’Europe dont près de 60% des 36 000 emplois sont centrés sur les technologies du Numérique avec plus de 60 nationalités différentes.

C’est donc à ce double titre que les acteurs académiques de Nice-Sophia Antipolis préparent une candidature à un institut interdisciplinaire d’intelligence artificielle (3IA) initiée par Université Côte d’Azur, le CNRS et Inria.

Articulé autour de chaires portées par des chercheurs de renommée internationale, l’ambition de recherche transdisciplinaire d’Université Côte d’Azur et de son initiative d’excellence (IDEX) UCAJEDI sont une composante majeure de la stratégie de ce territoire et bénéficie d’un soutien très important de l’écosystème économique et industriel dont les activités de haute technologie sont devenues prépondérantes et ont profondément transformé l’attractivité de la Côte d’Azur.

Regroupant les principaux membres d’Université Côte d’Azur en intelligence artificielle comme le CNRS, Eurecom, Inria, et Mines ParisTech, l’institut rassemblera plus d’une centaine de chercheurs et d’enseignants-chercheurs spécialistes du domaine autour des trois missions de formation, de recherche et de transfert vers les entreprises.

Réponse rapide

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message