Tramway à l’Ariane et à La Trinité : Les arguments fallacieux de Christian Estrosi

Lors du Conseil Métropolitain du 5 avril, Christian Estrosi a annoncé que la ligne 1 n’ira jamais à l’Ariane et à La Trinité. Pour cela il avance trois arguments : l’absence de subventions, le faible ratio de la population concernée et le renforcement des lignes de bus.

Ces arguments sont fallacieux.

- Ne pas percevoir de subventions ?! En affirmant cela, Christian Estrosi triche avec la réalité car la ville a déjà perçu une subvention. Le gouvernement Jospin avait subventionné la ligne 1 avec la condition que le tramway desserve l’Ariane.

- Un tramway qui concernerait moins de 5000 personnes au kilomètre, alors que pour la ligne 3 le ratio serait de 14 000 ?! Il semble que la règle à calcul du Maire-Président change en fonction des quartiers. La réalité c’est que le bassin de population concernée (Pasteur/Bon voyage, St André de la Roche, l’Ariane, La Trinité et au-delà le Paillon) dépasse largement les 30 000 habitants sur quelques kilomètres. Sans parler du fait que les besoins en déplacements sont énormes dans la vallée du Paillon qui constitue aujourd’hui un point noir dans le département. L’arrivée du tramway à La Trinité permettrait de désengorger considérablement ce secteur.

- Le secteur est desservi par une gare et les lignes métropolitaines ont été renforcées ?!. Quel mépris pour la population de ce quartier ! Loin d’avoir été renforcée, il n’y a plus de ligne directe entre l’Ariane et le centre ville. Les habitants de ce quartier sont contraints à des ruptures de charges supplémentaires.

Au-delà de ces arguments fallacieux, la réalité c’est que le secteur de l’Ariane - La Trinité ce n’est ni la circonscription électorale du Maire-Président, ni le littoral. A partir de là ce n’est pas une priorité pour le Maire-Président…

Le prolongement de la ligne 1 à l’Ariane et à La Trinité reste pour nous une priorité. Et les arguments fallacieux de Christian Estrosi sont une motivation supplémentaire pour continuer à porter cette exigence.

Robert Injey, PCF

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message