Une soirée forte en émotion

Après une longue journée de commémoration, un concert hommage s'est déroulé sur la Promenade du Paillon. Les pleurs se sont mélangés avec l'Orchestre Philharmonique et le Chœur de l'Opéra de Nice.

Tout commence avec 86 galets. Le film émouvant retrace le parcours de ces galets vers l’Himalaya. C’est l’association niçoise « Exploits sans Frontière » qui a déposé ces pierres symboliques peintes en bleu-blanc-rouge et portant le nom de chacune des victimes. Pendant les 8 minutes de film, le temps s’est arrêté. Le public le visionne en silence. Seules, quelques larmes viennent le briser.

Vient ensuite la lecture des poèmes par huit artistes. Comme Michel Boujenah, Michèle Laroque, Elsa Zylberstein, François Berléand, Michel Legrand, Patrick Chesnais, Line Renaud et Patrick Timsit. Le tout accompagné par l’orchestre et le chœur.

Même si un quart du public est parti. Le reste a pu profiter, pendant cinquante minutes, d’un concert. Au fur et à mesure, les personnes présentes ont compris que la musique évoluée. Plus l’heure de l’attaque approchée, plus les œuvres étaient sombres.

22 h 34. Il y a un an, l’horreur frappait Nice. Mais, aujourd’hui c’est une minute de silence qui a marqué la ville. Pour conclure cette belle soirée, Calogéro entre en scène pour interpréter « Les feux d’artifices ». Pris par l’émotion, le chanteur n’a pas pu finir sa chanson. Mais le public ne lui en veux pas. Au contraire, il l’encourage par de longs applaudissements et des sifflements.

Sur la partie instrumentale de la chanson, on lâche des ballons blancs représentant les 86 anges. « Ce sont des perles dans le ciel qui rejoignent les étoiles », remarque une femme du public. Les gens autour d’elle approuvent avec tristesse. Puis direction la Promenade des Anglais où 86 faisceaux lumineux sont allumés.


Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Etudiante à l’Ecole Du Journalisme (EDJ) de Nice.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message