Voeux 2018 : les centristes de Rudy Salles "semper fidelis" au "Chef d’orchestre" Christian Estrosi

Non reconduit par les électeurs de la 3e circonscription après plus de 30 ans de présence dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale , 'ancien député centriste du département n' a pas pour autant perdu sa traditionnelle verve et il s'est replié sur ses mandats locaux : adjoint au Maire de Nice avec des importantes délégations (tourisme, relations internationales, animations des territoires) et conseiller métropolitain. " Les choses ne se sont pas passé comme on l'avait prévu- a-t-il dit en saluant les nombreux élus et partisans qui ont répondu à son invitation pour les voeux 2018. On s'attendait à une double victoire aux présidentielles et législatives, on a eu un double échec et un chamboulement de la vie politique : on a un président qu'on s'attendait pas, les partis ont volé en éclat".

Le diagnostic est simple : les électeurs ne veulent plus des partis, au moins sous la forme ancienne, il y a un fossé entre le fonctionnement de la politique et les expectatives des citoyens que veulent que les gouvernants règlent leurs problèmes, trouvent des solutions et n’en peuvent plus des postures idéologiques qui cachent des jeux de pouvoir.

Ce décalage a fait surgir une demande nouvelle , qu’on devrait nommer la politique de subsidiarité : renverser la pyramide , donner la responsabilité à qui est mieux placé pour résoudre le problème posé.

Rudy Salles et les centristes (désormais, c’est chacun pour soi, les radicaux valoisiens en processus de fusion avec leurs cousins de gauche ; les centristes - nouvelle dénomination du Nouveau Centre - le UDI réduit à portion minimale) , au moins ceux qui lui sont redevables ont choisi de rester fidèles , comme toujours , à la ligne politique de Christian Estrosi , et ont adhéré au rassemblement des "audacieux" qui veut imposer, par la force des propositions d’abord, de l’action ensuite, la rupture avec la "politique politicienne" qui fait ancien régime face à la modernité exprimé par le nouveau président de la République.

En tout cas, du point de vue personnel, la relève est prête : Jennifer Salles-Barbosa est conseillère régionale et préside la commission tourisme. La route est tracée.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message