Locations par Airbnb : les villes touristiques azuréennes percevront directement la taxe de séjour

Un des éléments de l'uberisation de l'économie qui impacte notre mode de vie a trouvé solution : depuis hier, après Paris et Chamonix, Airbnb élargit à 18 autres villes françaises la collecte de la taxe de séjour. Parmi celles-ci on trouve Cannes, Nice et Antibes.

Pour les hôteliers, vent debout contre le site américain de location en ligne Airbnb, qu’ils accusaient de concurrence déloyale, c’est une excellente nouvelle.

Jusqu’à présent, le "bailleur" était tenu de prélever la taxe de séjour, puis de la reverser à chaque commune. Inutile de dire que cette pratique enregistrait beaucoup ...d’oublis !

Désormais, tout est automatique, le site basé à San Francisco, déduit automatiquement cette taxe, et la reverse aux villes.

Fixée en Conseil Municipal, la taxe de séjour est due par chaque vacancier qui passe une nuit dans un hébergement (palace, hôtel de tourisme, résidence de tourisme, meublé de tourisme, chambre d’hôtes, village de vacances, hébergement de plein air, auberge de jeunesse).

Elle permet de financer les dépenses liées à la fréquentation touristique ou à la protection de leurs espaces naturels touristiques dans un but touristique.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message