Manifestation anti-loi du Travail : la CGT choisi la voie artistique en taguant les transports publics

Après de multiples utilisations de l'article 49.3 de la Constitution, le gouvernement a obtenu gain de cause : la Loi Travail a été adoptée de force.

Les grandes vacances estivales ont également été l’occasion d’oublier un peu le mouvement de contestation sociale associé à ce projet de réforme du Code du Travail.

L’enjeu de la grève du 15 septembre était de relancer la mobilisation : le résultat a été très mitigé même si le traditionnel ballet des chiffres entre les organisateurs et la police, 400 mille pour les uns, 170 mille pour les autres ne permet pas de donner un avis objectif.

En tout cas, à Paris les "block bloc" s’en sont donné à coeur joie sous l’oeil bienveillant des cégétistes, bien contents de leur laisser faire le travail sale.

A Nice 700 (estimation) manifestants ont défilé , sans qu’aucun incident ou une quelconque tension soit à signaler.

Mais, surprise...les syndicalistes contestataires avaient choisi la voie "artistique" : les rames du tramway et les bus circulaient tagués avec des slogans dont on peut aisément imaginer la teneur.

"Nous souhaitions protester sans pénaliser les usagers en faisant une nouvelle journée de grève", a expliqué le porte-parole de la centrale syndicale, tout content de cet exploit.

En effet, il y de quoi...

On attend la prochaine journée de gréve pour voir si la boite aux idées aura pondu des nouvelles expressions artistiques.

Les décrets d’application d’une grande partie des réformes prévues par la Loi Travail devraient être publiés dès le quatrième trimestre 2016.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message