Mobilité ferroviaire régionale : les faux arguments de Christian Estrosi

La Direction de la SNCF, lourdement cabossée par les déclarations du président régional, a réagi avec diplomatie : "Je suis prêt à poursuivre ces discussions qui sont déjà allées assez loin", déclare M. Lacroix, qui a " proposé à M. Estrosi d'aller au-delà du cadre contractuel".

Plus directe est la réaction de l’ancien vice-Président de la Région PACA (Présidence de Michel Vauzelle) Jean-Yves Petit , en charge des Transports,

Il dénonce l’instrumentalisation politique : "La posture de Christian Estrosi ressemble fortement à celle des tenants de la ligne de la Droite dure.. Va-t-elle se poursuivre jusqu’à l’ouverture officielle des TER à la concurrence, dans 3 ans ?" se demande-t-il.

Grand connaisseur de ce dossier du fait de ses anciennes fonctions, il refuse les critiques que le nouveau président a adressé à l’ancienne gestion : " Le président de la Région PACA met en cause la précédente majorité et évoque des propositions. De toute évidence, il ne maîtrise pas encore le dossier des transports régionaux" a-t-il affirmé aux sujet de certaines affirmations qui ne correspondent pas à la vérité des faits comme on peut lire par la suite...

Christian Estrosi affirme et Jean-Yves Petit précise :

1) la création d’un Groupement Européen de Coopération Territoriale avec la Région Ligurie et Monaco qui a déjà été crée pour l’ancienne majorité

2) de mettre des cars régionaux lors des travaux sur la ligne Cannes / Grasse, c’est toujours ce qui a été fait dans ce cadre là … rien de neuf !

3) d’évaluer la pertinence de chaque mode de transport sur d’autres liaisons régionales, par la route et notamment les bus …Il ne faut pas opposer les modes de transports entre eux. Au contraire, il faut mettre en place un plan de transport reposant sur l’intermodalité (train, car, bus, vélo, voiture, …).

4) la création d’une Régie pour organiser certaines lignes (lesquelles ?). La Régie Régionale des transports PACA existe depuis 3 ans et exploite les Chemins de fer de Provence … Rien de neuf donc !

5) d’associer les acteurs de la mobilité à l’élaboration d’une stratégie régionale. C’est bien ! Mais cela aurait été mieux avant la rupture avec la SNCF. De plus voir la taille, équivalente à un ou plusieurs départements, des nouveaux comités de ligne, qui doivent se réunir dans les semaines à venir, montre le peu d’intérêt pour la concertation.

Jean-Yves Petit demande aussi le rétablissement de la réalité sous la majorité précédente : " La Région a fait plus qu’assurer son rôle d’autorité organisatrice avec de nombreux efforts financiers" .

Il les énumère (période 2002/2014) : l’offre a augmenté près de 38 % ; la fréquentation a augmenté près de 55% (plus que l’offre !) ; les recettes directes ont augmenté de 66% ; le coût au train.kilomètre a augmenté de 48% et rappelle que la SNCF a toujours payé des pénalités, 7 Millions d’€ en 2014

Pour améliorer le quotidien des voyageurs :

300 M€ d’achat de nouveaux trains, dont les derniers automoteurs bi-modes Regiolis (diesel / électrique) pour les lignes entre Marseille et Avignon et les automotrices à deux niveaux regio2N (1000 places assis/debout) pour la Côte d’Azur

Financement pour plus de 40 M€ de travaux d’adaptation et de modernisation des installations de maintenance de ces trains à Marseille-Blancarde, Cannes-la-Bocca et Avignon et des lieux de remisage (Les Arcs, Menton, Miramas, …)

Contribution à la rénovation de plusieurs gares importantes (Nice, Cannes, Antibes, Toulon, …), aux travaux de mise en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, ainsi qu’en faveur de l’intermodalité avec les bus, les voitures et le vélo (parcs sécurisés)

Investissement, bien au-delà de son champ de compétences, dans la modernisation des voies ferrées pour les trains régionaux. La ligne Avignon – Carpentras a été ré-ouverte au trafic de voyageurs en avril 2015, des 3es voies ont été créées sur les sections les plus chargées (Marseille – Aubagne fin 2014, Antibes – Cagnes en 2013), d’autres travaux permettent de tripler le nombre de trains (Toulon – Hyères pour les voyageurs – novembre 2015)

Il rappelle également que plus de 160 000 voyageurs sont détenteurs d’une carte Zou !, dont 20 000 ont abandonné la voiture pour le transport public régional.

Conclusion : le 1er janvier 2017, la Région sera l’unique autorité organisatrice des transports interurbains (ferroviaires et routiers).

Donc, au lieu de se perdre en vaines polémiques en inscrivant à son actif des actions qui ne sont pas les siennes, Christian Estrosi ferait mieux de proposer des solutions.

Il en a le devoir de le faire et le pouvoir pour le faire. Stop aux paroles et... en voiture !

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message