Elections en Allemagne : le succès story de l’extrême droite

Comme dans tous les partis qui prônent le radicalisme, le parti d'extrême droite , xénophobe et populiste, AfD est un pot-pourri , qui réunit des composantes hétérogènes qui ont comme commun dénominateur l'objectif de remplacer au pouvoir les autres partis ou mouvements politiques. L’élection de dimanche à peine passée, les fissures apparaissent dans cet agrégat d’hommes et de femmes politiques réunis autour d’une même motivation : la haine des étrangers. Un commun dénominateur , utile pour s'opposer , mais qui ne suffit pas pour définir une ligne politique entre conservateurs nationalistes, chrétiens nationalistes , libéraux et identitaires.

De plus, comme dans tous les cas semblables, le succès fait resurgir l’existance et les différences entre les « idéologues » d’un côté et les « carriéristes » de l’autre.

Les carriéristes profitent du fait que les idéologues brisent les tabous et, réciproquement, les idéologues profitent du fait que les carriéristes soutiennent la façade bourgeoise du parti .

Il faut leur adjoindre un troisième groupe, celui des « idéalistes » : des personnes souvent âgées et bien intentionnées qui ont été déçues par les autres partis et souhaitent sincèrement régler les problèmes concrets, au niveau local avant tout.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message