Elections Sénatoriales : la vague macroniste ne déferle pas

Comme tous les trois ans, les grands électeurs renouvelaient la moitié du Sénat, dimanche.

La vague macroniste n’a pas déferlé sur le Sénat comme sur l’Assemblée nationale en juin. A l’issue du renouvellement de la moitié de la Chambre haute lors des élections sénatoriales, ce dimanche 24 septembre, et avant d’éventuels ralliements, La République en marche ne devrait compter qu’entre 23 et 27 sénateurs, contre 29 auparavant.

Une défaite cinglante quand les Républicains et leurs alliés, eux, se renforcent, avec au moins 171 élus, contre 142 avant .

A gauche, les socialistes limitent la casse mais perdent quand même une petite poignée d’élus : alors qu’ils avaient 86 sièges, ils devraient désormais avoir 67 à 71 élus au palais du Luxembourg.

Quant aux communistes, ils devraient garder, selon leur décompte, suffisamment de députés – au moins dix – pour maintenir leur groupe parlementaire.

Enfin, de l’autre côté de l’échiquier politique, le Front national, qui avait fait entrer deux élus au palais du Luxembourg en 2014, ne gagne pas cette fois de nouveau siège.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message