Le premier canton de Nice selon Céline Lacroix et Marc Concas

Nice Premium : Céline Lacroix, comment se déroule votre préparation à l’élection cantonale du 1er canton de Nice ?

Céline Lacroix : Nous profitons de l’élan de la campagne de Nice Autrement et nous inscrivons bien évidemment dans l’esprit de son programme.
Il nous apparaît ainsi important de mener une politique de coopération des autorités territoriales dans le but d’une gestion et d’un aménagement efficace des cantons de la ville.

NP : C’est un canton qui fait parler de lui avec la présence du conseiller général sortant, Marc Concas, et du Député Eric Ciotti.
N’est-ce pas difficile de faire sa place entre ces deux candidats ?

CL : Il est vrai que notre candidature nous place dans une situation qui peut paraître difficile, mais en est aussi des plus intéressantes.
En tant que candidate, je ne peux apporter une grande expérience politique, mais peu rompue aux aléas politiques et à leur possible perversion, je me propose d’offrir une volonté de travail, d’écoute des citoyens et de construction appliquée d’un avenir commun. L’équipe « cantonale » que nous formons avec Lucien Fouques, mon suppléant, bénéficie de son engagement politique et citoyen de longue date.

NP : Quels seraient vos projets pour le canton si vous étiez élue ?

CL : Nous avons développé un programme qui isole différents problèmes que rencontre le premier canton de Nice et propose des solutions. Nos trois axes principaux s’articulent autour de la qualité de vie, du développement économique et d’une politique désireuse de créer du lien, le lien de la culture à l’économie, qui renforcera le lien de l’économie et de l’humain, du social.
Quelques mesures à titre d’exemple : sur la question du Port de Nice, il s’agit d’optimiser et de sécuriser l’existant, c’est-à-dire de conserver notre patrimoine historique tout en préservant le patrimoine environnemental. La dynamisation commerciale des quartiers du canton passera par une gestion unifiée des ressources des quartiers, pour que le premier canton prenne la place méritée du canton réunissant l’art, la culture, l’artisanat et le commerce dans une dynamique économique renouvelée.

NP : En admettant que le second tour propose un duel Concas-Ciotti, comment vous positionnerez-vous ?

CL : Nous ne pouvons qu’approuver un projet politique prônant la solidarité, pour un développement économique et social équilibré ! Notre adversaire reste une politique de droite conduisant vers plus d’inégalités et soutenant l’économique au mépris de l’humain.

NP : Enfin, quel est le message que vous souhaitez adresser aux niçoises et aux niçois du 1er canton ?

CL : Ce premier canton possède de multiples richesses, une histoire, une culture, du commerce et de l’artisanat, des hommes et des femmes qui ne peuvent qu’assurer son avenir.
Je souhaite engager avec vous une dynamique commerciale et culturelle, sur la base de ces richesses variées, qui renforcera l’attractivité des quartiers du canton, pour les niçois et pour tous ceux qui aiment notre ville.
Le premier canton sera le canton du patrimoine culturel, attaché à son histoire tout autant que porteur d’innovations.


Nice Premium : Marc Concas, nous sommes à quelques jours du premier tour de l’élection cantonale dans le 1er canton. Comment sentez-vous ce scrutin ?

Marc Concas : Je suis à l’image des habitants de notre Canton, serein et combatif car soucieux comme eux, de défendre quotidiennement la Vieille Ville et le Port.

NP : Eric Ciotti, votre concurrent UMP a dit de vous que vous étiez un conseiller général inutile alors que Jacques Peyrat salue votre travail dans le canton. Comment vivez-vous ces déclarations ?

MC : Considérer que je suis un élu inutile parce que je siège dans l’opposition, c’est une insulte pour celles et ceux qui vivent dans ces quartiers et que j’ai l’honneur de représenter. C’est aussi et surtout une insulte faite à la démocratie, aggravée par le fait qu’elle émane d’un député, donc un représentant de la Nation.

Monsieur Ciotti est d’ailleurs le seul à avoir cette analyse. Même son "chef" Christian Estrosi n’a pas manqué à plusieurs reprises de saluer publiquement mon travail.

Ce qui est le plus choquant, c’est son mépris pour tous les habitants du 1er canton. Voici un exemple :

Monsieur Ciotti est député depuis bientôt 10 mois et son statut de député lui interdit de cumuler plus de deux mandats électoraux.
Or, il est à la fois candidat sur la liste de Christian Estrosi pour être Conseiller Municipal et également candidat aux cantonales pour être Conseiller Général du 1er canton.

Il veut donc cumuler 3 mandats ce qui est rigoureusement interdit.

Cette situation va le contraindre à abandonner un des deux mandats acquis (éventuellement) le 16 mars au soir.
Or, Monsieur Ciotti de refuse de dire quel mandat il abandonnera, laissant les habitants du Canton dans l’ignorance.

Par chance, ils ne sont pas dupes et pour ma part, je ferai tout pour lui éviter ce choix cornélien...

Pour ce qui est de Jacques Peyrat, s’il est exact qu’il a salué mon travail dans le Canton, je n’oublie pas non plus que cette phrase est pleine de sous entendus car tout le monde sait qu’il déteste Monsieur Ciotti.

NP : Vous êtes le conseiller général sortant, quel bilan feriez-vous de votre mandat ?

MC : J’ai voulu être au service de tous.

- Au service des jeunes et des enfants d’abord en qualité d’Administrateur des Collèges Ségurane et Port-Lympia mais aussi en dialoguant avec la communauté éducative et les parents d’élèves. C’est aussi les moments forts des rentrées scolaires, des remises des prix de fin d’année, des voyages d’étude dont ceux de la mémoire à Auschwitz.

- Au service des personnes âgées et de celles victimes de handicap, au sein de la Commission d’Aide Sociale où j’ai siégé tous les mois pour attribuer les aides auxquelles elles avaient légitimement droit.

- Au service des riverains et des professionnels du Port de Nice, en les représentant au sein de la Commission Consultative de l’Environnement.

- Au service des associations et des comités de quartier en votant les subventions nécessaires à leur bon fonctionnement.

- Au service du Département enfin en siégeant toutes les semaines au sein de la Commission d’Appel d’Offres et en devenant sur nomination du Président du Conseil Général, Co-Président de la Commission d’Evaluation et de Contrôle des Marchés Publics. J’ai ainsi eu la charge durant 6 années, de veiller à la bonne utilisation des deniers publics.
Je rendu compte de mon travail chaque trimestre, au moyen d’un bulletin d’information cantonal que j’ai créé et j’ai consulté les habitants et les commerçants du Canton sur tous les grands dossiers.

J’ai également oeuvré pour le cadre de vie :

- en luttant contre le projet d’extension du Port de Nice soutenu à l’époque par la Ville de Nice, le Conseil Général et la CCI.

- en étant le premier élu à solliciter le lancement d’études pour un Port de commerce au large de l’aéroport de Nice, afin de maintenir les activités de plaisance dans les limites du Port actuel.

- en exigeant des mesures de contrôle de l’air dans le quartier du Port,

- en luttant contre les tags qui dégradaient affreusement la Vieille Ville,

- en agissant pour la reconnaissance et l’entretien de nos plages et en défendant le site de la Paiole,

- en proposant à la CANCA la création d’un grand parking sous la Colline du Château et un traitement original des déchets par aspiration.
Je les ai également tenus informés de l’avancement des grands projets comme le sentier littoral du Cap de Nice ou la réparation de la digue.

NP : Quels seront vos projets si vous êtes réélu en mars prochain ?

MC : Pour le Vieux Nice :

– intensifier la lutte contre l’insécurité et le bruit par une présence policière constante de jour comme de nuit,

– dynamiser le Marché du Cours Saleya et faciliter son accès au moyen d’une franchise de stationnement gratuite d’une durée d’une heure,

– moderniser le système de collecte des déchets, intensifier le nettoiement des rues et la lutte contre la prolifération des rongeurs,

– sécuriser les abords de l’asile de nuit et prévoir à court terme, son déplacement en un lieu plus approprié,

– poursuivre la valorisation du patrimoine culturel et historique en associant les habitants et les commerçants à l’organisation des grands événements du quartier (Vierge du Malonat, San Bertoumieu, San Peire, Catherine Ségurane, ...) et faciliter l’ouverture de lieux de créations culturelles à la disposition des artistes.

- mettre en oeuvre une vraie politique de démocratie participative en associant étroitement les associations de riverains et de commerçants aux décisions des élus,

– Rénover le Couvent de la Visitation pour y créer un grand pôle social intergénérationnel regroupant une maison de retraite, une crèche, une médiathèque et des salles réservées aux associations.

Pour le Port :

– exiger de toute urgence la communication des études de faisabilité d’un Port au large de l’Aéroport de Nice,

– relancer les groupes de travail au sein de la commission consultative de l’Environnement, instance qui pense le Port du futur et qui n’a siégé qu’une seule fois en 2007,

– rénover de toute urgence les axes Stalingrad – Lech Walesa et 2 Emmanuel dont l’état déplorable est devenu insupportable.

– réaliser les parkings promis depuis de nombreuses années sous l’Eglise du Port et la Colline du Château afin de supprimer les véhicules sur les quais, désormais rendus aux promeneurs,

– prolonger la piste cyclable de Rauba Capeu au Cap de Nice,

– engraisser régulièrement les plages de notre Canton et fixer définitivement leur statut pour permettre une surveillance et un entretien régulier,

– dynamiser le secteur commercial Cassini-Bonaparte-Barla par la création d’une grande braderie commerciale au printemps et en automne, et valoriser le quartier des Antiquaires,

– réaliser la ligne 2 du tramway permettant la desserte de l’axe Port-Aéroport,

NP : Enfin, quel message souhaitez-vous adresser aux niçoises et aux niçois du 1er canton de Nice ?

MC : Durant ces 6 années, j’ai été soucieux de les représenter quels que soient leurs choix et opinions politiques, d’être toujours à leur écoute afin de mieux les défendre.
Je suis homme de gauche mais je n’ai jamais été l’élu d’un clan. Je me suis toujours comporté comme le Conseiller Général de tous les habitants du Canton.

Les niçoises et les niçois du 1er canton ont pu compter sur moi durant ces 6 années. C’est à mon tour de compter sur eux pour poursuivre mon action aux côtés de ma suppléante Joelle Peglion, la dynamique directrice de l’Ecole du Port.

Comme nous le faisons, depuis le début de NP, avec la grande majorité des élus au travers de nos "entrevues virtuelles"(1), le questionnaire a été aussi envoyé au Député Eric Ciotti qui n’y a pas répondu malgré nos relances.

(1) Interview envoyée par mail à laquelle répondent les personnes interrogées par retour de mail, puis revue au travers d’un entretien téléphonique avec l’interviewé.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message