Législatives ( 2è circonscription) : Anne Sattonnet (UDI-LR) réussira son pari ?

La candidate du parti Les Républicains a tenu, en conclusion de sa campagne électorale, un meeting au palais des congrès de Grasse en compagnie de son suppléant, Jérôme Viaud, maire de la sous-préfecture des Alpes-Maritimes.

Pour Anne Sattonnet , son engagement, c’est pour son territoire. Il en est autant pour la ruralité, pour les villages, et les petites communes. Son combat, c’est avant tout pour la sauvegarde de l’industrie, mais aussi pour les commerçants et les artisans.

Un combat pour l’industrie

Pour la candidate, toute la production départementale industrielle est répartie entre Grasse, Carros, mais aussi la ZAC de St Esteve, à St Jeannet. Elle cite l’industrie de la parfumerie, mais aussi celles de Carros, qui sont des industries « de pointe ». Le vrai problème résulte dans des charges trop lourdes à supporter. On pense notamment au RSI qu’elle décrit comme « un fléau pour eux ».

Développer le télétravail

La route, son deuxième combat. De trop nombreux compatriotes, selon elle, se plaignent de devoir faire des centaines de kilomètres, rien que pour aller travailler. Elle souhaite mettre un terme à cela. Anne Sattonnet souhaite donc s’atteler à développer l’emploi et l’économie en libéralisant le télétravail qui permet d’assurer les obligations professionnelles et les contraintes d’une vie de famille.

Voter ou pas les lois

"Je ne serais pas quelqu’un qui va voter systématiquement contre ce que le gouvernement fera... pas du tout"- a-t-elle affirmé. . La candidate pense qu’il faut accompagner les réformes indispensables. Elle restera pourtant vigilante. Elle souhaite que celles-ci soient conduites en tenant compte de la réalité du territoire et celle du local.

La réalité du territoire, pour Anne Sattonnet, c’est souvent, dit-elle, le contraire de ce que pensent les « énarques » dans les ministères à Paris. Pour elle, les
énarques ont une vision qui est extrêmement urbaine et puis assez traditionnelle du fonctionnement de la France. Ça parait simple mais c’est là tout le problème.

Pour la candidate, la France est en grande partie rurale, multiple. Il est donc important de le prendre en compte et de ne pas seulement avoir une vision parisienne, dans la manière d’administrer les choses.

Face au communautarisme, place aux actes

« Je serais très vigilante sur l’approche que le gouvernement aura des questions de
communautarisme. » dit Anne Sattonnet. "Aujourd’hui et pendant cette campagne des présidentielles, nous n’avons pas eu de réponses claires, d’Emmanuel Macron, sur la manière dont il compte agir sur le terrorisme".

Pour la candidate,il convient donc d’y répondre de manière extrêmement ferme.
Elle souhaite que le gouvernement prévoie des mesures comme : la fermeture des
frontières et leurs protections, la lutte contre le communautarisme…

Le combat sera long. Elle entend le mener, dès le 1er tour, face à ses adversaires des législatives, avec au premier plan Loïc Dombreval, le maire de Vence, dont elle est la première adjointe, investi, lui, par En Marche !

Malgré cela, elle est lancée et ne reculera pas. La victoire, elle ira la chercher jusqu’au bout.

Thomas Lagesse, EdJ

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message