Législatives (5è) : Benoît Kandel en cherche de revanche

Autrefois "bras droit" de Christian Estrosi à la mairie de Nice ,Benoît Kandel est aujourd'hui conseiller municipal et métropolitain en union avec Olivier Bettati, un autre ennemi juré du maire de Nice , Les deux sont parmi les pourfendeur les plus actifs de Christian Estrosi qui leur rend bien. Son éviction de l'exécutif pour des raisons jamais bien élucidés ( au delà de l'officialité), le dossier Semiacs avec les suites sur la plan judiciaire, dénoncent un contentieux entre les deux hommes dont les contours n'ont jamais été rendu entièrement publics.

Benoît Kandel ayant retrouvé une vie professionnelle, étant présent par intermittence dans la vie politique , l’annonce de sa candidature à la députation a crée une certaine surprise.

Le choix de le faire dans la circonscription qui fut pour longtemps celle où Christian Estrosi était élu et qu’il a confié à sa pupille Marine Brenier pour cause de cumul de mandats , apparaît comme un défi...personnel !

D’ailleurs sa motivation s’apparente à un acte d’accusation : "Après avoir trahi ses électeurs dans une alliance contre-nature aux élections régionales, après avoir parasité la campagne de son propre parti à l’élection présidentielle, Christian Estrosi tente de saborder les élections législatives. Il tente de priver les électeurs de tout débat en s’alliant avec M. Macron avant même le 1er tour".*

Pour lui " les électeurs de la 5e circonscription méritent d’avoir un candidat portant les valeurs de la droite "*.

"Je vais à la bataille électorale par colère, par devoir et par conviction. Mon combat sera rude, face à une baronnie locale omnipotente qui concentre tous les pouvoirs locaux, il ne peut que l’être" - explique lors du lancement de sa campagne électorale. "Mais j’ai foi en les électeurs et en leur volonté de prendre cette 5e circonscription à Christian Estrosi pour la conserver à droit" - c’est sa conviction .

La conclusion ne peut qu’être piquante : " Contrairement au duo Estrosi-Brenier, je ne suis pas un professionnel de la politique, je ne vis pas de la politique, je ne dépends pas d’un résultat politique".

Benoît Kandel sera candidat du CNIP, le Centre National des Indépendants et Paysans, le parti qui fut celui d’Antoine Pinay et ...de Jacques Médecin.

* à noter que le parti présidentiel " République En Marche" ne présente pas de candidats dans cette circonscription en le motivant comme un geste d’attention vers ceux qui ont montré une ouverture pour la majorité présidentielle même s’il en font pas partie.

**suppléant Gilles Renoux

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message