Les banderoles de la discorde à Grasse

SOS Education, une association 1901 créée en 2001 et qui a pour but de travailler sur une réforme de l’éducation, a obtenu de trois députés locaux : Michèle Tabarot, Lionnel Luca et Jérôme Rivière d’intervenir et de condamner une action pédagogique auprès d’un millier d’élèves de la ville de Grasse.

Cette initiative menée par des éducateurs du centre de Loisirs Education Culture local consiste, d’après SOS Education « à apprendre aux petits à organiser des manifestations ». Du côté de LEC on se défend de toute implication politique en précisant que cette action est destinée à « faire réfléchir les enfants à leurs souhaits pour un monde meilleur puis à les rédiger sur de petites banderoles et pancartes ».

« Non à la guerre », « Ne tuez pas les animaux », « Plus de bonbons » ou « J’aime mon papa » étaient les slogans trouvés pour une exposition nommée « manifestation exposition » qui doit se tenir le 4 avril prochain dans une des écoles grassoises.

Les Députés dénoncent, quant à eux, « un apprentissage de la revendication à l’école » en déplorant « que le temps scolaire dévolu à l’éducation citoyenne soit uniquement utilisé à des fins revendicatives et qu’en période de manifestations contre le CPE, cela se présente comme une étrange coïncidence »

SOS Education a aussi fait part de son intention de diffuser 50.000 cartes postales intitulées "Non à l’apprentissage de la revendication dans les écoles primaires".
De son côté, la directrice de LEC, Mme Facchinetti s’est dit "scandalisée par la diabolisation" d’un projet qui a débuté en septembre 2005 pour inviter les enfants à "travailler sur la représentation de leur corps et de leur visage".

Alors formation de futurs manifestants ou projet scolaire pour un monde meilleur ?

Nul doute que l’Inspecteur Académique des Alpes Maritimes, M.Bernard Maccario ainsi que le Recteur de Nice, M.Jean-Claude Hardouin devront trancher.

Deux articles concernant ce sujet :

- SOS Education

- Bella Ciao

J.P.Leleux, le Maire de Grasse, a déclaré dans un communiqué, cité par Nice-Matin du 29 mars 2006 : « Qu’on apprenne aux enfants les méthodes démocratiques pour améliorer le monde, je suis d’accord, qu’on leur apprenne à revendiquer dans la rue, j’y suis bien entendu opposé »

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message