Les grands dossiers européens de l’automne : 5. Etat de droit en Pologne

Entre la Pologne et l’Union européenne, le torchon ne brûle pas uniquement en raison des travailleurs détachés. De fait, depuis l’accession au pouvoir du parti ultraconservateur Droit et justice, fin 2015, le fossé se creuse entre Varsovie, Bruxelles et les autres capitales européennes.

En cause : les réformes entreprises par le gouvernement de Beata Szydlo de nature à porter atteinte à l’Etat de droit en Pologne, comme celles qui visent la Cour suprême et le Conseil national de la magistrature.

Face à ces manquements aux principes et règles européennes, la Commission européenne a lancé une procédure d’infraction pouvant aboutir à des sanctions comme la suspension des droits de vote du pays. Obtenir une majorité des 4/5 au Conseil européen serait toutefois nécessaire.

A cet égard, les prochaines semaines pourraient être décisives dans la mesure où le dialogue est d’ores et déjà très dégradé entre le gouvernement polonais et la plupart des Européens, et notamment la France.

En effet, Emmanuel Macron a fait savoir, fin août, que le pays contrevenait "aux valeurs européennes". Une déclaration mal reçue par Mme Szydlo, qui a, en réponse, dénoncé "l’arrogance" du nouveau président.

Ce dernier pourra toutefois compter sur le soutien d’Angela Merkel, qui s’est également exprimée pour faire part de son inquiétude vis-à-vis des atteintes à l’Etat de droit dans le pays.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message