Présidentielle 2017 : la voix des frontistes, Issa Marine ( en meeting au Nikaia)

Marine Le Pen a décroche dimanche dernier — comme attendu — son ticket pour le second tour. Mais derrière la façade , la satisfaction était mitigée. On l'attendait à la première place, avec un score confortable, elle a du se contenter de la deuxième avec un avantage sur François Fillon assez étriqué. Les observateurs dénoncent une campagne pas très réussie. Les sondages lui prédisent une cuisante défaite face au leader d’En Marche. Alors il faut aller à l'attaque et aller chercher le favori sur les thèmes qui sont ses points forts : immigration+ sécurité=terrorisme. L'équation ne tient pas debout mais MLP s'en cure, ce sont ces slogans qui plaisent à ses électeurs : 37% des ouvriers, 32% des employés mais que 14% des CSP. Ce qui lui permet d'affirmer que l’affrontement est entre les « patriotes » (c’est-à-dire les frontistes) et les « mondialistes » (les partisans de l’ancien ministre de l’Economie).

Ce soir MLP sera à Nice ( à 20h au Palais Nikaia) pour un grand meeting populaire dans cette terre que lui a apporté un soutien important au premier tour , en la plaçant en première position dans le département et largement en tête dans plus de 100 communes , dont certaines de moyenne importance ( Grasse, Cagnes, Saint-Laurent, Carros, Menton).

Un département où la droite républicaine est en train de se fissurer entre les partisans d’un vote de barrage, réclamé de haute voix par Christian Estrosi et ses fidèles , et les soutiens d’une ligne "non-non" qui a en Eric Ciotti ( et Lionnel Lucca/ député-maire de Villeneuve-Loubet ) et ses braves , les interprètes les plus convaincus.

Nul doute que MLP mettra du sel sur les plaies de cette opposition entre les deux hommes forts du territoire qui origine aussi des ambitions personnels de l’un et de l’autre : comment oublier qu’après la présidentielle, il y aura les législatives avec des nouvelles places à prendre.

Avec une gauche locale hors-jeu, les "marcheurs" auront , dans le cas du succès de leur candidat, le vent en poupe et le moral à mille mais le FN aura aussi ses cartes à jouer dans les 9 circonscriptions locales : dans la perspective des triangulaires , à défaut des alliances , les clins d’oeil seront précieux.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message