Le ministre de l’Education Nationale en visite à Nice

Jean-Michel BLANQUER, le ministre de l’Éducation nationale était cette après-midi en déplacement à Nice à l’école maternelle St Isidore. Le ministre était escorté par Christian Estrosi, le Maire de Nice. Étaient également présentes : Marine Brenier, la députée de la 5e circonscription niçoise, Mme Dominique Estrosi Sassone, la sénatrice des Alpes Maritimes ainsi l'Inspecteur de l'Académie Le Floch.

Après une visite du lycée Paul Augier plus tôt dans la matinée, Mr Jean-Michel Blanquer (le ministre de l’Education Nationale) s’est rendu à l’école maternelle St Isidore.

Arrivé dans un cortège banalisé, il a tout d’abord dévoilé une plaque au côté de Christian Estrosi, avant de rentrer dans le bâtiment.


Le ministre salue le corps enseignant, partage des moments avec les enfants.
Des jeunes de 3-5 ans, tout sourire, à l’image d’une rencontre, entre petits et grand. Des jeunes qui souhaitent montrer qu’eux aussi peuvent faire comme les adultes.

Il s’est ensuite rendu sur le toit où l’attendaient les petits chanteurs pour écouter la chorale préparée en son honneur. Nissa la Bella puis la Marseillaise furent chantées. Une fois les dernières notes terminées, il s’est rendu au point presse au fond d’une salle de l’école.

Christian Estrosi, le Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur prend la parole le premier pour un long moment, avant de la ceder au ministre.

Un ministre qui commence par saluer le préfet, le recteur de l’académie, la directrice de l’école. Il remercie ensuite Christian Estrosi pour ses mots. Le ministre de l’Éducation nationale n’est pas à Nice par hasard. Pour Jean-Michel BLANQUER, « Nice a un passé magnifique, mais aussi un présent et un futur que tout le monde peut comprendre, saisir, notamment dans le domaine de l’Éducation. »

Le ministre enchaîne en déclarant qu’il est venu à Nice, car il voit en la ville, un laboratoire pour l’Éducation nationale. Un lieu où l’efficacité, la réussite peut se réaliser pour les enfants, grâce à la convergence des efforts de tous les acteurs.

Pour Jean-Michel BLANQUER, la journée qu’il vient de vivre illustre les priorités aussi bien au niveau du gouvernement, que pour la mairie et la ville de Nice.

Première étape : La réussite scolaire

Il souhaite la réussite des élèves, dans un endroit qui incarne le commencement de celle-ci. La maternelle est pour le ministre, décisive et fondamentale ; la Maternelle représente les premières années de la vie. Un lieu, pour bien faire partir les enfants dans leur vie scolaire et compenser les inégalités scolaires.
La maternelle est « une petite république », « un endroit où on va apporter l’épanouissement de manière égale ».

Un épanouissement qui dépend :

– d’un beau bâtiment
– des personnes (Les Atsems, les professeurs, l’ensemble des personnes qui se dédient à l’école.)

Dans deux mois tiendront des assises maternelles pour la France, préparées par le psychiatre Boris Cyrulnik.

Le ministre souhaite, lors de celles-ci, prendre exemple sur les meilleures pratiques dont Nice fait partie.

Une fois la maternelle achevée, « la vie continue » avec le CP et le CE1. Un temps extrêmement important. Nice a dédoublé ses classes de CP et de CE1, en réseau d’éducation prioritaire et en réseau d’éducation prioritaire renforcée.

Une lutte contre les inégalités, pour laquelle le Président de la République s’est engagé. Un engagement en terme économique avec de nouvelles classes, de nouveaux professeurs formés, expérimentés... Le but : que chaque enfant commence à acquérir les savoirs fondamentaux.

l’enseignement professionnel : Deuxième priorité de Jean-Michel BLANQUER

Le ministre de l’Éducation nationale s’attache à visiter des lycées exemplaires, des lieux illustratifs de l’avenir qu’il y a dans les lycées professionnels. Il a reçu un aperçu plus tôt dans la matinée au lycée hôtelier Paul Augier. Un domaine plein d’avenir avec beaucoup d’emplois. Dans ce lieu, il a pu voir tout ce que souhaite la politique du gouvernement :

– la capacité à articuler les différentes modalités de formation (enseignement professionnel, l’apprentissage, les Gretas...) Une formation française tournée vers le futur.

Évolution du baccalauréat et du lycée.

Nice peut être aux avant-postes grâce à la convergence des acteurs. Elle propose une dimension scolaire en plein progrès

Enseignement périscolaire

Relève de la compétence des communautés locales et de la commune. Un enseignement sur 4 jours sur lequel le ministre ne souhaite pas revenir. Il dira seulement qu’il approuve le mercredi sport proposé par Nice. Il refuse pour autant de dire qu’il encourage la semaine à 4 jours. Il souhaite que chaque commune fasse ce qui est bon pour les enfants. À Nice, dira le ministre, la ville a choisi d’envoyer les enfants au ski. Le ministre souhaite rester attentif au contenu de la vie scolaire et périscolaire, et à la cohérence entre les deux.

Les enjeux de sécurité :

La sécurité est « très importante » pour Jean-Michel BLANQUER, le ministre de l’Éducation nationale. À Nice, toutes les écoles sont reliées à la police municipale. Un élément très important pour le ministre. Nice est une ville sensible à cette question après le 14 juillet meurtrier de la Promenade des Anglais.

Christian Estrosi souhaite des policiers « non armés » dans les écoles. Une expérimentation que souhaite également le ministre pour pouvoir en « évaluer les effets » et « inspirer d’autres expérimentations ». Le but restant malgré tout la sécurité des enfants en toute circonstance.

Il termine rapidement son discours. Ses derniers mots seront Viva Nissa La Bella et vive La France.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

"Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie." Confucius

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message