Le Parti Radical 06 (UDI) célèbre de la Journée de la laïcité

Célébrée chaque année le 9 décembre, date anniversaire de la loi sur la séparation des Églises et de l'État de 1905, la journée de la laïcité revêt cette année un caractère symbolique particulier. La laïcité représente une des valeurs fortes défendues par le Parti Radical avec l'Europe, la liberté et la solidarité.

A cette occasion Hervé CAEL, Président de la fédération du Parti Radical des Alpes-Maritimes, revient sur la laïcité : " colonne vertébrale de la République, principe qui est à la fois un message de fermeté et de paix, une main tendue et un poing serré. Elle est le plus bel hommage rendu par la raison à la liberté de croire. Car la laïcité n’est pas synonyme « d’exclusion » mais « d’inclusion ». La Laïcité n’est pas une dénonciation, elle s’adresse à toutes les croyances"a-t-il affirme au cours d’un débat organisé au siège niçois de ce parti en présence de nombreux membres et sympathisants .

Pour lui : " L’État doit veiller à ne favoriser aucune doctrine particulière, qu’il s’agisse d’une croyance religieuse ou non religieuse. Les Radicaux ont contribué de manière décisive à faire triompher l’idée de neutralité de l’État, qui est le socle de notre République. La laïcité représente ainsi un point d’équilibre dans l’action de l’État : celui-ci garantit que les religions et croyances diverses pourront se développer et s’exprimer librement et publiquement, mais il s’interdit de favoriser l’une ou l’autre et veille à ce qu’aucune ne vienne limiter le libre choix des citoyens. La laïcité n’est donc en aucun cas, pour les Radicaux, une arme de combat contre telle ou telle religion.

Rappel des propositions du Parti Radical relative à la laïcité (Manifeste radical 2017) :

*Former les élus à la laïcité.
*Instaurer une formation obligatoire à la laïcité pour tous les fonctionnaires et instaurer un référent laïcité dans chaque administration.
*Clarifier et préciser les conditions d’exercice du culte.
*Opposition à toute remise en cause de la loi de 1905.
*Mise en place un groupe de travail associant des représentants du Gouvernement, du Parlement, des collectivités locales, et des différents cultes, pour examiner :

- la possibilité pour les associations cultuelles de faire appel à la générosité publique

- la mise en place d’une « contribution hallal » pour un financement transparent de l’Islam de France

- les outils dont peuvent disposer les collectivités locales premières interlocutrices des associations cultuelles

- la création d’une Haute Autorité de la Laïcité chargée de la bonne mise en œuvre de la législation sur la laïcité (qui pourrait être saisie par les collectivités publiques et associations en cas de difficulté pratique). Cette initiative doit aussi permettre un débat apaisé sur la question des religions tant sur le plan local que national.

*Rendre obligatoire la signature d’une charte de la laïcité ainsi que la maîtrise de la langue française par tout responsable d’un culte religieux.
*Adapter et préciser les règles pour toutes les écoles confessionnelles ainsi que les conditions de leur reconnaissance par l’État.
*Mettre en place, le plus rapidement possible, une organisation représentative de l’islam de France.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message