Pour envisager l’avenir et les pistes de relance de la construction européenne

Pour envisager l'avenir et les pistes de relance de la construction européenne, les succès, souvent méconnus de l'UE, peuvent inspirer les Européens au moment de décider ce qu'ils veulent faire ensemble.

Il y a soixante ans, les membres fondateurs de l’Union européenne se sont mis d’accord pour régler leurs différends autour d’une table plutôt que sur un champ de bataille, entamant un parcours d’intégration unique dans l’histoire de l’humanité.

La construction européenne a accompagné la plus longue période de paix sur le continent européen dans l’histoire, saluée en 2012 par le prix Nobel.

Il y a soixante ans, seuls 12 des actuels 28 Etats membres étaient des démocraties dans lesquelles la dévolution du pouvoir résultait d’élections libres. Aujourd’hui, tous les citoyens européens peuvent voter et se présenter à des élections. Au fil des élargissements, l’entrée dans l’Union européenne a symbolisé, pour beaucoup des nouveaux entrants, la consécration du retour à l’Etat de droit et aux principes démocratiques.

Aujourd’hui, 500 millions de citoyens vivent libres dans une des régions les plus prospères de la planète. L’Europe représente le plus grand marché au monde, elle est la première puissance commerciale au monde. Sa monnaie est la deuxième monnaie la plus utilisée.

Aujourd’hui, 500 millions d’Européens peuvent circuler librement, travailler, étudier s’installer dans tous les Etats membres. Erasmus, qui fête cette année ses 30 ans, a permis à 3 millions de jeunes Européens, étudiants mais aussi stagiaires, apprentis, professionnels, enseignants, bénévoles, d’effectuer une mobilité dans un autre pays européen, expérience essentielle non seulement pour l’acquisition des connaissances et des compétences, mais aussi (surtout ?), pour découvrir la diversité européenne et la richesse culturelle et humaine qui la constitue.

L’Europe est aussi la zone du monde où l’égalité entre les hommes et les femmes est la plus respectée. Rien n’est gagné dans ce domaine, et en particulier l’égalité de salaire entre les hommes et les femmes, inscrite dans le traité de Rome en 1957, n’est toujours pas complètement une réalité, mais nulle part ailleurs dans le monde la cause de l’égalité homme-femme n’est portée avec autant d’énergie.

Par Isabelle Jégouzo, chef de la Représentation de la Commission européenne à Paris

source : toute europe

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message