Présidentielle 2017 : le programme de Jean-Luc Mélenchon tient une place à place à part

Dans l’étrange folie contagieuse de la présidentielle, le programme de Jean-Luc Mélenchon tiendra longuement une place à part.

Mélenchon n’hésite pas à proposer un plan d’investissement public équivalent à 3,5% du PIB, soit une explosion complète du déficit. On retrouve ici la croyance dans la dépense publique comme levier de croissance.

Là où le programme de Mélenchon a son élément clé , c’est évidemment dans la programmation d’une hausse des dépenses publiques équivalent à 7 points de PIB. Et là, tout y passe : le retour à la retraite à 60 ans à taux plein, un million de logements publics en cinq ans, une hausse de 50% du budget de l’éducation, et autres calembredaines.

Comme Mélenchon ose tout, il pousse le vice jusqu’à annoncer (façon Trump : plus c’est gros, mieux ça passe) 3,5 millions d’emplois créés en cinq ans, dont 2 millions dans le secteur marchand.

Par déduction, on comprend donc que Mélenchon propose de financer 1,5 millions d’emplois publics ou associatifs.

Pour financer ce programme, Mélenchon a trouvé plusieurs solutions simples.

D’abord, il supprime tous les allègements de cotisations sociales (tout en augmentant les prestations de sécurité sociale, ce qui revient à faire exploser le coût du travail).

Ensuite, il lutte contre la fameuse fraude fiscale : il paraît que cela rapportera 33 milliards. Il y ajoute la suppression des niches fiscales : 38 milliards de plus.

Bref, sur les seuls particuliers, l’effort fiscal serait majoré de 70 milliards d’euros.

On se demande par quelles méthodes l’administration fiscale atteindra ces objectifs !!!

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message