Présidentielle : le "torero" du Trocadero veut continuer le combat

Le torero est blessé mais il veut continuer le combat : "personne peut m'empêcher d'être candidat" - affirme d'une voix ferme. Mais le "cercle du pouvoir" de son parti ( et oui monsieur Ciotti , il faut regarder dans la bonne direction ! ), il lui laissera la possibilité ?

La manifestation du Trocadero voulait être une démonstration de force ? Elle l’a été ? Oui et non. Les plus ou moins 50000 personnes présentes n’ont pas été la participation océanique attendue.

Elle voulait être une souscription de légitimité ? La présence de certains poids lourds le fait croire. L’absence d’autres le fait douter. Le travail en coulisse de Christian Estrosi, qui ne manque certainement pas de la bénédiction de celui qu’on a adoubé du titre du "don" , et la prévue réunion du Comité politique des LR ne va pas dans la direction d’un soutien sans "oui mais".

Elle voulait être une sorte d’absolution publique et populaire des griefs judiciaires dont il est destinataire ? Oui, François Fillon l’a fait en parlant "d’erreurs" mais aussi de son "examen de conscience" pour s’absoudre , au moins moralement .

Pour un candidat à la présidence de la République c’est un peu court : il devrait savoir que la moralité , particulièrement dans la vie publique, n’est pas un " impératif hypothétique" mais " catégorique" - comme il nous enseigne Immanuel Kant.

Côté départemental , les champs se précisent.

D’un côté Christian Estrosi avec ses "métropolitains" (plus la maire du Cannet Michèlle Tabarot ) vent débout : "Avec @xavierbertrand et @vpecresse, nous voulons rencontrer @FrancoisFillon pour évoquer les pistes d’une sortie de crise".

De l’autre , Eric Ciotti qui rassemble les "départementaux" Collette Giudicelli ( et on imagine son mari le maire de Menton Guibal ) , Charles-Anges Ginesy, David Lisnard et autres , tels le sénateur Jean-Pierre Lelleux et le député Lionnel Lucca.

Pour lui ( maintenant promu dans la garde prétorienne de François Fillon), la bataille est engagée : "Ils voulaient vous empêcher de vous rassembler, mais vous êtes là ! Vous êtes le peuple de France debout, qui résiste".

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message