Primaires à droite : le Parti Radical 06 (UDI) à contre-courant en optant pour Alain Juppé

Il y a les partis-éléphants qui défoncent tout sur leur passage en cadenassant le pouvoir politique local et les mouvements-abeilles qui butinent de ci, de là en apportant leur miel, qui comme on le sait aide a phosphorer, pour mieux produire et faire circuler les idées.

C’est le cas du Parti Radical 06, composante de l’UDI mais souvent en contraste, pour ne pas dire en opposition, avec sa direction locale.

C’est à nouveau le cas pour les primaires de droite (et du centre qui n’y participe pas avec un candidat) où si une large majorité d’élus s’exprimera dans les urnes pour Alain Juppé, au niveau maralpin, c’est à Nicolas Sarkozy qu’iront les faveurs du groupe centriste ayant Rudy Salles à sa tête.

Question d’équilibres locaux, d’intérêts électoraux et alliances de vieille date pour un groupe strictement associé dans la gestion du pouvoir en plein accord avec les LR de Christian Estrosi, Eric Ciotti et consorts.

Tous, sauf la patrouille des radicaux de Hervé Cael, président et Frédéric Flayol, secrétaire départemental, qui eux apporteront leur suffrage à Alain Juppé ainsi qu’il a été décidé par la direction nationale de ce parti présidé par Laurent Henart , maire de Nancy.*

Le raisonnement est simple : c’st bien de gagner la primaire mais il faudra surtout gagner la présidentielle et pour le faire il faudra rassembler. En tentant de siphonner les voix de l’extrême droite comme veut le faire Nicolas Sarkozy ou en ouvrant vers le centre comme Alain Juppé ?

Et pour un parti qui se veut centriste dans ses valeurs, à qui doit’il s’associer ? A la surenchère et au populisme ou aux valeurs humanistes, européennes, progressistes et sociales ?

Le choix en est la conséquence, même si cette décision pourra provoquer la contre-offensive des pouvoirs forts locaux qui préfèrent les comportements moutonniers et n’aiment pas ce genre de libertés.

Le Parti Radical se positionne déjà dans la perspective d’une alternance après la présidentielle. A cette fin, il a élaboré un "manifeste" qui prône un positionnement politique clair pour construire une nouvelle majorité qui, dans son esprit, doit être une véritable coalition de droite et du centre.

On y voit, in nuce, une nouvelle opposition avec l’idée d’une majorité absolue de Républicains avec quelques élus centristes en appoint.

Une critique indirecte à ceux, comme Rudy Salles, qui ont déjà été candidaté dans leur circonscription soutenu par Les Républicains .

A croire que, d’ici les prochaines législatives, bien des cartes sont encore à abattre.

* il sera à Nice pour une rencontre avec les militants mercredi 16 novembre

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message