Réfugiés : la France et l’Italie doivent assumer leurs responsabilités.

Entre Vintimille et Menton, des centaines de réfugiés sont ballotés,
une nouvelle fois, entre l’Italie et la France. Ces deux pays, se
distinguent par une non-volonté de traiter de manière digne la
question de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui sont
parqués à Vintimille, laissant la porte ouverte à tous les drames, à
toutes les instrumentalisations, à toutes les dérives.

Depuis le début 2015, les structures humanitaires italiennes sont
surchargés –faute de moyens- pour accueillir les réfugiés, qui sont
contraint à une attente, parfois très longue, pour l’examen de leur
situation. Ces structures d’accueil sont quasi inexistantes côté
français. Des solutions existent pourtant pour mettre un terme à cette
situation.

C’est le sens de la proposition que portent les communistes pour
transformer une partie de l’ancienne base aérienne 943 de Roquebrune
Cap Martin, en un véritable centre d’accueil et de régulation,
d’orientation et de soins pour les réfugiés, une structure digne de
la 6e puissance mondiale !

Le 7 décembre 2000, à Nice à quelques kilomètres de la frontière
italienne, l’Union Européenne adoptait la charte des droits
fondamentaux qui stipule : « l’Union se fonde sur les valeurs
indivisibles de dignité humaine, de liberté, d’égalité et de
solidarité ». Il y a urgence à passer aux actes !

Robert Injey

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message