Primaires de droite : François Fillon veut un "choc"

Les sondages ne lui sont guère favorables mais le personnage est coriace et sait faire bonne figure même quand le ciel est plutôt nuageux.

D’ailleurs, il l’a bien prouvé lors de son office de Premier Ministre dans le quinquennat 2007-2012 quand il a interprété le rôle de "collaborateur" de Nicolas Sarkozy sans faire un pli.

Le candidat de la primaire de la droite est passé par Nice pour signer son dernier livre, "Vaincre le totalitarisme islamique".

Il en profité pour rencontrer dans un restaurant 250 chefs d’entreprise des Alpes-Maritimes réunis à l’initiative privée de Gilbert Stellardo, suivi dans son invitation par onze autres chefs d’entreprise dont Yvon Grosso, Christian Philip et Bernard Chaix.

Des élus étaient également présents, parmi lesquels on a noté le sénateur et ancien maire de Grasse Leleux , soutien affiché de l’ancien premier ministre, Bernard Asso et Gilles Veissière.

Présenté comme "le" Thatcher français il a présenté son programme libéral et radical à la fois. François Fillon est-il crédible dans cette version masculine de "dame de fer" , lui qu’on verrait plutôt comme un club- gentleman ?

« On a trop attendu de pratiquer un choc relatif, pour redonner psychologiquement aux Français l’envie de se défoncer, travailler, gagner de l’argent. Le projet que je propose est le seul de nature à provoquer ce choc » a-t-il affirmé. Pour mémoire, il est décidé à remettre main à la loi des 35 heures.

Pour le moment , ce choc annoncé n’a pas produit des effets dans l’ électorat qui potentiellement devrait en être séduit.

Comme disait Socrate, " la route est escarpée" ...mais pour autant , l’essentiel n’est-il pas d’y croire ?

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message