Rentrée scolaire : quels sont les changements ?

Quels sont les principaux changements annoncés pour l’année scolaire 2016-2017, qui débutera jeudi 1er septembre avec la rentrée des classes ? D’abord la réforme du collège, ainsi que celle des programmes du CP jusqu’à la 3e. Mais aussi des nouveautés pour développer le numérique, qui concernent les élèves de tous les niveaux, et des mesures de sécurité renforcées.

La réforme du collège, qui a fait débat depuis sa présentation au printemps 2015, plafonne les horaires à 26 heures par semaine pour les élèves.

Elle permet à chaque établissement d’allouer de manière autonome 20 % des horaires à du travail en petits groupes, à de l’accompagnement personnalisé (destiné à tous les élèves) et à des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI, avec des projets associant au moins deux matières différentes au sein d’un même cours). Ces derniers deviennent obligatoires, à raison d’une à trois heures par semaine à partir de la 5e.

A quoi ressembleront les « enseignements pratiques interdisciplinaires » du nouveau collège ?

Les élèves apprennent une deuxième langue vivante à partir de la 5e (jusqu’ici, ils la débutaient en 4e). Une partie des classes bilangues (avec apprentissage de deux langues dès la sixième) disparaissent, ainsi que les sections européennes.

Les options latin (15 à 20 % des élèves) et grec (moins de 3% des élèves de 3e), disparaissent au profit d’un EPI « langues et culture de l’Antiquité », renforcé par un « enseignement de complément » pour les volontaires (1 heure hebdomadaire en 5e, 2 heures en 4e et 3e, contre 2 heures puis deux fois 3 heures pour l’option).

La polémique autour du latin et du grec couve toujours

L’examen du brevet des collèges est remanié, avec une part de contrôle continu sur l’acquisition du socle commun, une épreuve orale (présentation d’un travail fait dans le cadre des EPI ou des parcours éducatifs) et deux épreuves écrites au lieu de trois précédemment.

La première portera sur les mathématiques, la physique-chimie, les sciences et vie de la terre et la technologie, la deuxième sur le français, l’histoire-géographie, l’enseignement moral et civique. Une « cérémonie républicaine » de remise du diplôme est créée.

Les élèves de la 6e à la 3e doivent avoir cette année de nouveaux manuels de français, mathématiques et histoire-géographie, les élèves de 5e, un manuel de LV2 (2e langue vivante), dont l’enseignement est avancé d’un an, et les élèves de 6e, un nouveau manuel de sciences.

Des programmes remodelés, du CP à la troisième

Les nouveaux programmes sont conçus par cycles de trois ans (CP-CE2, CM1-6e, 5e-3e), afin de permettre d’assimiler progressivement un savoir. L’idée est de donner aux élèves les « fondamentaux », avec l’accent mis sur « lire, écrire, compter et penser ». C’est particulièrement marqué du CP au CE2, avec des séances « quotidiennes » d’écriture et de calcul mental. La première langue démarre en CP, au lieu du CE1 auparavant. Parmi les nouveautés, l’enseignement du codage informatique débutera au CE1. Il faudra établir un bilan par compétences en fin de CE2, 6e et 3e.

Un plan pour le numérique

Les élèves de cinquième d’un quart des collèges disposeront d’une tablette ou d’un ordinateur portable, avec l’objectif que tous les collégiens soient équipés d’ici à trois ans. Mille huit cents écoles sont également dotées à cette rentrée d’équipements numériques mobiles.

Un nouveau livret scolaire unique numérique (LSUN) sera accessible en ligne du CP à la 3e, mais le livret papier demeure.

L’accent mis sur la sécurité

En plus des mesures prises après les attentats de novembre 2015, qui sont renouvelées, il devient obligatoire d’effectuer trois exercices de simulation par an, dont l’un d’attentat-intrusion. Les élèves seront, dès la maternelle, sensibilisés aux gestes de secours. Tous les élèves délégués, au collège et au lycée, pourront bénéficier d’une formation aux premiers secours en vue d’obtenir le certificat de compétences de citoyen de sécurité civile (PSC1, soit huit heures de formation). Et tous les élèves de 5e auront au moins bénéficié du module de sensibilisation aux gestes qui sauvent (deux heures de formation), contre 30 % actuellement.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message