Rentrée universitaire : donner sa chance à chacun(e)

Une bonne nouvelle, le grand malade se porte plutôt bien.

Alors que la polémique sur la qualité de l’enseignement supérieur, sa correspondance avec les besoins du marché du travail, la querelle entre l’égalité des droits et l’exigence d’une barrière sélective, le respect de la laïcité contre les signes d’appartenance religieuses et autres fadaises envahissent les débats et sont exploités par les uns et les autres à des fins de propagande politique, les chiffres de la rentrée sont plutôt positifs : + 4,5 % d’inscriptions à la rentrée universitaire qui a l’air de se passer sans heurts majeurs (problèmes de sécurité compris).

Le taux d’internalisation est aussi intéressant avec près de 20% d’étudiants étrangers issus des différentes universités avec lesquelles des conventions de partenariat ont été établies.

Le disent d’une seul voix le recteur de l’académie de Nice Emmanuel Ethis avec à ses côtés les deux présidents de l’université de Nice Frédérique Vidal et de Toulon Eric Boutin.

Etait également présent Jean-Marc Gambaudo , président de l’Université Côte d’Azur qui réunit divers établissement d’enseignement supérieur dans le but de coordonner la recherche et à qui la loi attribué la gestion des écoles doctorantes post master qui devront voir un caractère transversale pour assurer les synergies et la pertinence entre recherche et monde de l’entreprise.

Comme c’est logique et évident, il s’agit d’offrir à la population étudiante une palette d’opportunité et options pour avoir une meilleure organisation des filières, éviter inutiles concurrences et doublons, assurer une qualité qui donne aux diplômes une véritable reconnaissance sur le marché du travail.

Ce sont des conditions préalables pour éviter aussi l’hémorragie des échecs tout au long du parcours d’études. Orientation, accompagnement et sélection seront les maître-mots du futur.

"Il faut vérifier que les étudiants aient les capacités de réussir"- disent les hiérarques à l’unisson et le recteur Ethis a sorti la bonne formule : " le désir n’est pas un droit".

En fait, si on se tenait aux désirs, on serait tous devenus des Einstein. Réflexion faite il vaut mieux baisser la crête et s’engager au fond dans les études.

Comme le disait le même Einstein, " la réussite est 1% d’inspiration et 99% de transpiration".

Finalement le but de l’enseignement (particulièrement celui dit supérieur) n’est de pas de favoriser une société unie, et surtout de donner sa chance à chacun ?

L’Université de Nice et Sophia Antipolis accueille près de 30 mille étudiants, celle de Toulon var un peu plus de 9 mille étudiants.

L’université Côte Azur ( UCA) est en charge des écoles doctorantes et du projet IDEX pour les doctorants à for potentiel.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message