RSA : la chasse à la fraude devient la chasse au trésor

32 millions d'euros économisés en cinq ans, dont 10 millions déjà en 2016 : les chiffres dévoilés hier par le président du Département Eric Ciotti attestent que la détection des fraudes paie.

"Frauder, c’est voler", dit le président du Conseil Départemental Eric Ciotti qui a fait de la chasse aux abus, engagée il y a cinq ans, une des priorités de son action.

Les montants récupérés justifient cet empressement en ces temps de disette budgétaire.

Puis il y la côté morale publique : "Avoir des droits, c’est aussi avoir des devoirs", c’est une des maximes préférées d’Eric Ciotti .

La plupart des 25.000 bénéficiaires sont honnêtes bien sûr, mais le Département des Alpes-Maritimes sanctionne celles et ceux qui ne le sont pas.

Le Président du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes avait innové en créant en juillet 2011 une brigade "anti-fraude". Composée de sept agents, elle est chargée de détecter les anomalies, traiter les dossiers, qualifier les fraudes et, si besoin, les sanctionner.

Les chiffres-clé (novembre 2015 / août 2016 )

2 302 personnes ont été convoquées dont 481 ont fait l’objet d’une procédure de suspension du RSA pour absence à convocation (33 %) .

110 personnes ont vu leur droits RSA suspendu pour non respect du contrat d’engagement réciproque, en refusant notamment plus de 2 offres raisonnables d’emploi .

1 125 contrôles ont été demandés à la section lutte contre la fraude

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message