Tramétro à Nice : la transparence comme obligation

Si Patrick Allemand et Paul Cuturello demandent l'arrêt des travaux du tunnel de la ligne 2 du metrotram ("7 bonnes raisons de demander l'arrêt provisoire des travaux !"), Dominique Boy-Mottard et Marc Concas demandent plus simplement la mise en place d'une commission indépendante afin de connaître l'état exact de la situation suite à l'affaissement de l'immeuble au numéro 27 du boulevard Débouchage et la crainte que d'autres cas se reproduisent dans la continuation des travaux.

La thèse, "tout très va bien, Madame la Marquise" du Président de la Métropole ne convainc pas les deux élus qui demandent juste de connaître la vérité alors que la situation, faute d’informations officielles, parait plutôt nébuleuse et se prête à plus d’une interprétation.

Laissons de côté le côté politique du dossier, soit la volonté déterminée de Christian Estrosi d’avoir choisi l’option ’tunnel" pour cette infrastructure dont personne ne nie la nécessité mais que l’opposition conteste pour l’augmentation des coûts qu’elle entraîne, 300 millions d’euros .

Pour ce qui est la question technique, nul doute la capacité de l’entreprise délégataire (Bouygues TP) d’effectuer les travaux : on creuse des montagnes, on construit un tunnel sous la Manche, il sera bien possible de percer 3,2 km de tunnel à Nice... ou pas ?

Seulement, il faut le faire par rapport au contexte géologique et accompagner cette oeuvre avec les mesures de sécurité nécessaire. Creuser un tunnel, ce n’est pas planter un clou dans un mur : la nature du terrain, les nappes phréatiques, la situation sismique doivent être prises en compte.

Or tout cela avait été également prévu dans le cahier des charges de l’appel d’offre et vérifié par l’enquêteur public et considéré dans les coûts.

Oui, mais...

Reste que des tassements son apparus au Théâtre de la Photographie , des fissures dans les murs des appartements également : sont-elles la conséquence des travaux ou étaient-elles antérieures ?

Une inspection a été diligentée par la Métropole mais ce rapport n’est pas divulgué. Pourquoi , est-ce un secret d’Etat ? demande Dominique Boy-Mottard qui a arpenté les couloirs administratifs à la recherche de renseignements.

Les explications techniques du professeur Gilli , en support aux doutes des deux élus sur la sécurité, portent sur de nombreux points et restent, pour ce qui est de notre connaissance, sans réponse.

Professeur de géographie physique à l’Université de Paris, géologue et spécialiste d’hydrologie, Eric Gilli sait de quoi il parle. Il a déjà travaillé sur des cas semblables, notamment dans le dossier du tunnel de Toulon.

Contrairement à ce que ses détracteurs font circuler, il n’est pas du tout contre le dossier du souterrain. Tout simplement il met en évidence les possibles dangers de ce choix (la perturbation de la circulation de l’eau souterraine et le contact de celle-ci avec le gypse).

Ces termes nécessairement techniques, cachent un avertissement : il ne faut pas ignorer les risques de cette opération.

Essayer de l’esquiver pour avancer à pas forcés et ne pas donner les réponses aux doutes, n’est pas la meilleure voie pour rassurer les habitants des zones intéressées par le tunnel.

La transparence dans les affaire publiques n’est pas une option mais un devoir des administrateurs.

Qui en profite pour mettre en évidence un autre point sur lequel l’administration est bien réservée : les temps et coûts de l’opération.

Si pour le Président de la Métropole, toujours prodigue d’annonces, " 11 mois devaient être nécessaires pour faire les 3,2 kilomètres de souterrain (10 mètres par jour), fin août seul 800 mètres avaient percés", ce qui porte l’élue à dire : " on voit mal comment on pourrait faire en six mois les 2,4 kilomètres restant à couvrir"- affirme l’élue.

Et qui dit retard , dit augmentation des coûts ...d’où son appel pour " qu’un point soit rapidement fait sur les dépenses réelles à ce jour et à venir en comparaison de ce qui avait été projeté".

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message