Union Européenne : fédéraliser, ce n’est pas perdre sa souveraineté, c’est la gagner en la partageant

Aujourd’hui, l’Europe ne peut plus rester comme telle. Nous faisons face à un semi-modèle à la fois fédéral et confédéral, mélangeant bonnes intentions et bâtons dans les roues des institutions européennes.

Les politiques européennes ne sont construites qu’à moitié (et pourtant, elles restent souvent plus efficaces que les politiques nationales), cela suppose donc de passer une étape d’intégration supplémentaire pour les achever et donc les rendre efficientes.

Les eurosceptiques pointent parfois les vrais problèmes de l’Europe : manques de transparence et de démocratie, l’approbation d’une politique économique “unique” sans concertation populaire. Cette opacité est insupportable pour tous les citoyens européens.

Les populismes et nationalismes s’installent , annonçant destruction et jours malheureux, mettant en avant les clichés les plus sombres, servant des discours anxiogènes à la pelle.

Mais la mort de l’Europe signifierait un choc politico-financier désastreux pour le monde entier, un choc inévitable, malheureux et si régressif en termes social et économique que l’on ne peut en imaginer les conséquences à long terme.

Les racines de la construction européenne ne doivent pas être oubliées : guerres, meurtres mais aussi l’humanisme, la renaissance et l’ensemble de la culture partagée par les pays d’Europe. Il n’y pas que la guerre qui est à l’origine de la construction européenne, il y a aussi des actes de civilisations qui découlent de multiples événements créant une certaine unité, unité théorisée dès le XVII siècle.

Le projet européen ne perd pas de sa superbe, il lui manque juste un vrai destin politique, la fédéralisation. L’Europe, qu’au fond nous voulons tous, est l’Europe démocratique et ce que pourrait apporter un futur plus intégré : une fédération d’États-nations européens.

Fédéraliser, ce n’est pas perdre sa fierté, c’est l’émergence d’un sentiment européen novateur et source de progrès.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message