Voeux 2018 : l’optimisme face à la morosité

Idées reçues , clichés désespérants , une droite réactionnaire qui joue sciemment sur la fibre populiste patriotique anti-élite et suprémaciste blanche. Des grillon sans voix, porteur d’un "confusionisme démiurgique", bien loin de "l'égal respect et égale attention" qui sait générer des énergies collectives Cette surévaluation est forte sur tous les sujets labourés par les populistes. On favorise l'ignorance publique , on préfère l'information crasse, la méconnaissance sur beaucoup de sujets. Le pessimisme social est le bouillon de leur culture. Pour beaucoup , on est envahi par les musulmans quand ils sont 7% selon INED ( l'institut national des études démographiques) , par les immigrés qui sont tous des délinquants potentiels ( en fait, 15% de la population carcérale).

En fait, la vérité est tout autre : depuis 70 ans , une grande partie du monde vit une longue paix exceptionnelle. L’Europe , théâtre de guerres depuis le XVe siècle , es devenue une communauté politique.

La vie est aujourd’hui meilleure qu’à aucune autre époque de l’histoire grâce à l’esprit d’innovation, les avantages du libéralisme et de la mondialisation.

On est pas dans la prospérité de masse mais comment nier l’enrichissement général des populations et du mieux être général, même si la montée des inégalités doit être contrasté avec des politiques sociales adéquates et efficaces.

La violence recule partout dans le monde, le terrorisme djihadiste reste très marginal.

Les sujets sociétaux , même si à degrés divers , enregistrent des avancés épocales et impensées.

Quelques chiffres...

Depuis 1990 la mortalité infantile est réduite de la moitié, les maladies endémiques reculent , -47% le paludisme.

L’analphabétisme touchait 44% de la population en 1957, 85% des adultes lisent et écrivent aujourd’hui.

12,7% des personnes vit avec au moins 1,90 dollars par jour, + 37% par rapport à 1990.

Le niveau de respect, de sécurité et égalité des femmes est sans commune mesure par rapport au passé. L’émancipation est en marche. D’après Unesco (2012) , le taux de scolarisation des filles dans le secondaire est passé de 53 à 80% en Asie du Sud, de 74 à 97% en Asie de l’Est , de 27 à 46% en Afrique subsaharienne.

Partout l’essor des technologies décloisonne, facilite l’éducation , le commerce, la volonté d’épanouissement personnel hérité des Lumières .

Oui, ce monde est loin d’être parfait, il n’est pas le meilleur des mondes possibles, mais tout est si noir ?

par Garibaldino

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message