L’association "Promenade des Anges" appelle aux dons

La générosité est une belle vertu et en vérité c'est un geste qui anobli son auteur. L'attentat du 14 juillet et son bilan tragique a suscité de nombreuses initiatives, les unes plus méritoires que les autres. Cependant, une certaine coordination ne pourrait qu'améliorer l'efficacité de l'action et du résultat et éviter la dispersion.

Il y a des fonds publics à ce titre, le montant alloué se monte pour le moment à 4,4 millions d’euros, pris en charge par le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions, la Mairie de Nice collecte des fonds qui seront reversés à la Fondation de France, la même municipalité niçoise a signé une convention avec la Fenvac et des associations locales ont pris des initiatives diverses.

On comprend bien que chacun veut apporter sa pierre à l’édifice mais attention à ne pas trop se superposer les uns avec les autres. Quand la situation est déjà bien confuse, ordre et méthode doivent en être les guides.

Cette association d’aide aux victimes de l’attentat de Nice, a donc été lancée un mois après le drame. Créée avec la soutien de la Fenvac et notamment composée de familles de victimes et de blessés, elle est destinée à "permettre à ceux qui le souhaitent de s’unir pour affronter au mieux les conséquences dramatiques de cet attentat".

La Fédération Nationale des Victimes d’Attentats et d’Accidents Collectif (Fenvac) a déjà identifié près de 4.000 personnes impactées par l’attentat.

Vincent Delhomel-Desmarest, un restaurateur qui était présent sur la promenade des Anglais au moment de l’attaque et secrétaire général de l’association "Promenade des anges", explique : : "Certains d’entre nous vont se retrouver en fracture sociale, il y a encore plus de 200 hospitalisés*. Si, à la souffrance physique et psychique, on rajoute les soucis matériels, cela devient très compliqué. On est 69 millions, si chacun d’entre nous donne un euro multiplié par 69 millions cela fait 69 millions d’euros."

Le calcul est simple même si un peu simpliste : si c’était toujours ainsi, beaucoup de problèmes n’en seraient plus...

*en fait, ils sont 15

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message