Réfugiés et migrants à la frontière franco-italienne

Cinq associations de solidarité et de défense des droits des réfugiés et des migrants se mobilisent pour alerter sur la situation à la frontière franco-italienne. Réunis les 26 et 27 avril, avec de nombreux acteurs locaux et partenaires italiens, elles ont décidé de sortir de leur zone d'ombre et de tirer sur la sonnette d'alerte pour réveiller les autorités.

Les réfugiés et les migrants sont des êtres humains qui ont des droits. La situation à la frontière franco-italienne et dans la vallée de la Roya perdure depuis des années et devient préoccupante. Epuisés par leur parcours migratoire, les personnes exilées qui cherchent à poursuivre leur route sont bloquées à cette frontière. Quand elles réussissent à la franchir, elles sont confrontées à de nombreuses violations de leurs droits.

L’objectif de ces organisations est d’élaborer des actions avec les acteurs locaux et italiens afin que soient mieux assurés l’accueil et la protection des personnes réfugiées et migrantes et de défendre leurs droits. Parmi eux, des mineurs sans famille sont livrés à eux-mêmes.

Les aidants solidaires qui viennent en aide à ces migrants sont également menacés, malmenés, arrêtés par les forces de l’ordre et condamnés. Ce fut le cas de l’agriculteur Cédric HERROU contre lequel ont été requis huit mois de prison avec sursis.

Elles dénoncent le non respect des droits des migrants, ainsi que des mineurs qui y figurent. Ils sont automatiquement repoussés vers l’Italie. Une décision de refus d’entrée doit normalement être notifiée à chaque personne refoulée, qui dispose de droits minimaux, la possibilité d’être assisté par un interprète, de ne pas être renvoyé immédiatement , de faire un recours… Or, remarque Cécile COUDRION, vice présidente Amnesty International France, dans les faits, « la procédure appliquée présente de très nombreuses défaillances ». Et nous nous engageons à activer les procédures et si nécessaire, aller jusqu’aux contentieux pour faire réagir les autorités.

"Il y a un réel manque de volonté des autorités pour arranger cette crise d’accueil.
Ce plaidoyer se base sur le droit et ensemble, nous parviendrons à des résultats concrets", ajoute-t-elle.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message