Le sort des migrants "mineurs" de la vallée de la Roya enflamme le débat

Une plainte pour délaissement de mineurs a été déposée au parquet de Nice pour dénoncer une série de refoulement de mineurs étrangers vers l'Italie, au lieu de les placer en foyers, a annoncé l'association Roya Citoyenne* qui vient en aide aux migrants arrivant de Vintimille.

Cette "plainte contre X" a été déposée par plus de 250 personnes, en majorité des habitants de la vallée franco-italienne de la Roya.

La plainte cite des faits prouvant que l’infraction de "délaissement d’une personne hors d’état de se protéger" est constituée, selon l’avocate Me Françoise Cotta. "Ces mineurs souffrent intensément de cette situation. Ils sont totalement isolés donc vulnérables".

Le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, visé par cette initiative et qui est favorable à une ligne "dure" contre l’immigration , a annoncé qu’il venait de signaler à la justice l’organisation, par « une poignée d’activistes », du « passage clandestin d’étrangers à la frontière franco-italienne », écrivait-il dans un communiqué.

Vendredi , lors de la séance publique du Conseil Départemental, il avait accusé ces activistes de se comporter comme des "délinquants" en se faisant complices d’activité illégales au nom d’une idéologie extrémiste et non pas pour des raisons humanitaires.

"Je ne laisserai pas la vallée de la Roya devenir une deuxième Notre Dame des Landes", en appelant les services de l’Etat à une plus grande fermeté et la justice à condamner ces agissements**.

Un rude échange avait suivi avec Francis Tujague, le maire de Contes, qui refusait ses accusations.

*Le collectif "Roya citoyenne" qui vient en aide, parfois dans l’illégalité, aux milliers de migrants bloqués à la frontière italienne, à Vintimille. Plus d’un millier de migrants aurait déjà bénéficié de ce réseau. Une désobéissance civile désormais assumée au grand jour pour mettre l’Etat français face à ses responsabilités, notamment l’obligation de prendre en charge les mineurs étrangers isolés.

Selon les chiffres de la préfecture, plus de 33.000 étrangers en séjour irrégulier ont été interpellés depuis janvier, plus que sur toute l’année 2015 (27.000). En revanche, 1.500 mineurs isolés étrangers avaient été pris en charge l’an dernier, contre seulement 348 à ce jour en 2016.

**La cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé l’amende de 1.500 euros infligée à une militante niçoise qui avait emmené deux Érythréens en voiture pour les soustraire à un contrôle policier.

Claire Marsol, 73 ans, universitaire à la retraite et militante de l’association "Habitat et citoyenneté", était poursuivie pour aide à l’entrée, au séjour et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière. Elle a été condamnée à la même peine, en première instance, par le tribunal correctionnel de Grasse.

Cette décision n’est "pas de très bon augure", pour les autres personnes poursuivies pour aide aux migrants, comme l’enseignant-chercheur Pierre-Alain Mannoni contre lequel le parquet de Nice a requis six mois de prison avec sursis, et l’agriculteur Cédric Herrou qui doit être jugé le 4 janvier.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message