Les hôteliers niçois jouent la carte de la reprise après une année difficile

Les hôteliers niçois ont renouvelé leur confiance à Denis Cipollini , réélu président du syndicat professionnel pour les prochains trois ans. L'occasion pour faire le point sur un secteur économique fondamental pour l'économie azuréenne : 11 millions de visiteurs en 2016 , malgré les divers événements , tous de signe négatif, qui ont perturbé la marché du tourisme international.

Dans son allocution aux autorités et à ses associés, le président Cipollini a voulu rappeler les chiffres de l’hôtellerie niçoise qui représente le 18% du PIB ( contre 7,4% au niveau national) et 20% des emplois , pourcentage qui monte à près du double si on incorpore les cafés et restaurants et les musées et monuments.

Bref, en attendant la diversification avec l’arrivée des entreprises innovantes, les secteur reste un des piliers de l’économie locale.

Les professionnels en sont les premiers convaincus et veulent réagir à la baisse de 5% d taux d’occupation en 2016 par rapport à l’année précédente.

Le maintien du Marathon en novembre 2016 et du Carnaval 2017 grâce à l’action déterminé des services de l’Etat en terme de sécurité ( combien de salamalèques à l’adresse de préfet Leclerc !) vont en cette direction : garder le cap coûte que coûte parce que le tourisme est un des secteurs en pleine expansion et Nice possède toutes les cartes pour figurer parmi les destinations les plus connues et les plus prisées.

Le nouveau record ( + 3,4% sir 2015) de passagers arrivés ou parties à l’Aéroport de Nice le témoigne.

Il s’agit de s’équiper pour faire face à la nouvelle concurrence de Airbnb et autres formules qui attirent les gens : un nouveau défi qui montrera la capacité des professionnels à regarder devant et ...loin !

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message