#ProtectUrLife, l’initiative européenne en faveur de la santé du cœur et des os : mieux vaut prévenir que guérir

Ce week-end , Nice et 5 autres villes européennes (Zurich, Barcelone, Munich, Bruxelles et Rimini) vont se mettre au diapason et vivre au rythme de la prévention en offrant à leurs habitants une expérience de sensibilisation gratuite et ouverte à tous. Le lancement de l'opération se fera à 11 place Masséna. Cette manifestation baptisée #ProtectUrLife est organisée à l’initiative d’Amgen, entreprise de référence des biotechnologies médicales, et d’EIT Health, catalyseur de l’innovation au service de la santé des citoyens européens.

Ce programme pédagogique implanté au cœur de la ville va permettre au
citoyen d’être acteur de sa santé en approfondissant ses connaissances sur son capital
osseux et la santé de son cœur. L’initiative propose une nouvelle approche pour améliorer la prévention, l’évaluation et le soin de deux affections médicales répandues : les maladies cardiovasculaires et l’ostéoporose.

Une première initiative nommée #ProtectUrHeart avait permis, en 2016, de prendre le pouls et de mesurer l’intérêt des populations de la ville de Nice et des alentours pour ce type de programme de sensibilisation. Alors que l’édition 2016 s’était focalisée sur la prévention des maladies cardiovasculaires, cette nouvelle manifestation va plus loin en intégrant la prévention des sujets à risque d’ostéoporose, une pathologie qui touche près d’une femme sur trois après l’âge de 50 ans.

Des chiffres éloquents en France et à l’échelle européenne

Les maladies cardiovasculaires sont la cause de 45% des décès en Europe3,4
, soit 4 millions de personnes chaque année, et dont 1,4 millions ont moins de 75 ans.

Une situation dramatique qui a également un coût financier considérable, qu’on estime à plus de 210 milliards d’euros par an.

De plus, un tiers des femmes âgées de plus de 70 ans subiront une fracture due à l’ostéoporose . Les fractures de la hanche, en particulier, peuvent avoir un impact lourd sur la vie des patients.

Ce type d’accident et de précédentes fractures engendrent un coût pour l’économie européenne estimé à 37 milliards par an.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message