Les temps des balades : Saint Cezaire sur Siagne

Saint Cézaire se trouve à 475 mètres d’altitude tandis que la Siagne s’écoule dans ses gorges 300 mètres plus bas. Le village fut au XIV° siècle fortifié sur la demande du comte de Provence, il y avait trois portes d’accès.

Ces fortifications épargneront à saint Cézaire les pillages, sacs, razzias et surtout la grande peste de 1350. La maison la plus ancienne, bastide des Vignes, date du XII° siècle. Les 9 puits dont celui de la Vierge du XV° siècle, le plus important de Provence, ruelles étroites, lavoir, moulins et un habitat datant du XV° siècle, voilà le décor de ce village aux vieilles maisons de pierre.

Saint Cézaire se trouve à la limite des départements des Alpes Maritimes et du Var. Jules César n’aurait certainement pas commis l’erreur de Napoléon 1° en Russie, il se souciait de la logistique et du ravitaillement de ses légions. En 49 avant Jésus-Christ il édifie une grange à blé à saint Cézaire, le village se trouvant sur la route de Fréjus, route intérieure afin de se protéger des pirates sévissant sur les rivages.

L’activité est surtout agricole avec la vigne et l’olivier, on y pêche dans la Siagne. Le nom de saint Cézaire apparait en 1101 avec la mention de l’ecclésia de Sancto Césario. A la même époque l’évêché d’Antibes succède à l’abbaye de Lérins et fait construire Notre Dame de Sardaigne de style roman.

Jusqu’au XVIII° elle sera l’église paroissiale. On peut y admirer un sarcophage romain. Cet édifice de la taille d’une chapelle s’avèrera trop exigu et en 1720 une église est construite dans le village, Notre Dame de Sardaigne devient la chapelle des pénitents. La nouvelle église est plus grande et surtout plus proche des habitations, elle est dédiée à Saint Cézaire, elle devient dès lors la paroisse du village.

D’autres chapelles animent ou animaient la vie religieuse : saint Saturnin, saint Ferréol aux deux accès de saint Cézaire et deux autres : saint Blaise et la Miséricorde maintenant propriétés privées. Le fief appartint aux Villeneuve Flayosc, puis fut partagé avec les Grasse.

Au XVIII° siècle s’y ajoutent les Cresp, le marquisat de Montauroux et les Thorame Théas. Le château seigneurial après la mort du dernier seigneur en 1819 (un Cresp) devint la mairie. Antoine Cresp fut anoblit par Louis XV en 1718.

En 1868 profitant du creusement du canal de la Siagne, le docteur Maure alors maire du bourg en profite pour amener l’eau à saint Cézaire et édifie la fontaine aux mulets. Deux ponts enjambent la Siagne, un de l’époque romaine, un second de l’époque médiéval en dos d’âne. Les grottes découvertes par Léon Dozol en 1890 attirent de nombreux visiteurs à saint Cézaire.

Thierry Jan

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message