Cloches et clochers : la Basilique Notre Dame de Nice

Notre Dame est la plus grande église de Nice. Si sa façade évoque Notre Dame de Paris, son intérieur est inspiré de la cathédrale saint Maurice d’Angers. Cet édifice aura plusieurs nom tout au long de son histoire : Notre Dame de Longchamp, Notre Dame des Champs, noms en rapports avec le quartier, puis Notre Dame des Malades pour devenir Notre Dame de l’Assomption.

En imposant le tracé du train au nord et non au sud de la ville, le maire Malausséna, va favoriser le développement de ce quartier. L’avenue du prince Impérial mène à la nouvelle gare ferroviaire dès 1864. C’est la même année, le 12 mars que l’on pose la première pierre de cette église.

L’édifice est livré au culte le 4 mai 1868, mais inachevé, il faut attendre dix ans pour son achèvement définitif. Notre Dame fut réalisée grâce à la volonté de deux hommes : l’évêque Sola artisan du rattachement à la France et le père Lavigne.

L’architecte Charles Lenormand s’inspira du style gothique du XIII° siècle. Ce quartier en plein essor n’avait aucun lieu de culte à la mesure de ses besoins. On ne trouve que la modeste chapelle saint Etienne perdue dans la campagne et celle de l’hospice de la Charité.

Le père Lavigne est rappelé à Dieu en 1874, la ville de Nice, en rachetant les créances de Notre Dame, devient propriétaire de l’édifice. La nature des terrains faits de cressonnières avait augmenté le coût des travaux. Le père Alexandre Lavigne, jésuite, fut nommé vicaire général des étrangers (à Nice la population étrangère originaire de la rive droite du Var, était importante)

Il sera ainsi le premier curé de Notre Dame. L’église est achevée en 1879, consacrée en 1925 et élevée au rang de Basilique Mineure (les majeurs ne sont qu’à Rome) le 16 avril 1978. Notre Dame a récemment bénéficiée d’une complète restauration, laquelle a rendue à ses pierres leur blancheur d’origine.

Nous terminerons par le but du père Lavigne : installer les Jésuites à Nice ; le temps et les circonstances (l’empire s’était écroulé à Sedan en 1870, comme la III° république soixante-dix ans plus tard) ne lui permirent pas de faire aboutir son projet. Les bâtiments prévus pour la Compagnie de Jésus abritèrent une école communale en 1876.

Thierry Jan

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message