Box-office : Pupille de Jeanne Herry

Théo est remis à l’adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. C’est un accouchement sous X. La mère à deux mois pour revenir sur sa décision…ou pas. Les services de l’aide sociale à l’enfance et le service adoption se mettent en mouvement. Les uns doivent s’occuper du bébé, le porter (au sens plein du terme) dans ce temps suspendu, cette phase d’incertitude. Les autres doivent trouver celle qui deviendra sa mère adoptante. Elle s’appelle Alice et cela fait dix ans qu’elle se bat pour avoir un enfant. Pupille est l’histoire de la rencontre entre Alice, 41 ans, et Théo, trois mois On ne l'attendait pas du tout, sauf peut-être ceux qui avaient vu "Elle l'adore", le premier long-métrage de Jeanne Herry. Son nouveau film est à la fois humain, touchant et permet de réaliser pleinement tout ce qui est mis en branle derrière le mot adoption, une magnifique plongée émotionnelle sur le long parcours de l'adoption, à travers tous les intervenants, de la naissance de l'enfant sous X, à la famille d'accueil. Une œuvre qui met un formidable coup de projecteur sensible sur des héros sociaux de l'ombre. Ce film est par ailleurs porté par des acteurs de qualité avec mention spéciale à Gilles Lelouche, d'un naturel surprenant dans ce rôle de travailleur social bouleversant de sincérité, dans un jeu fait d’émotions tout en pudeur. Toutes les actrices sont exceptionnellement bonnes , à commencer par Elodie Bouchez qui a certaines scènes extrêmement touchantes, mais toutes ont leur rôle à jouer dans le processus comme dans le film. Il y a des situations qu'on peut croire connaitre mais qu'on ne voit que de loin.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message