Chocolat littéraire du printemps à la Galérie Depardieu

Lecture et projection à la Galerie Depardieu, ce samedi 3 Mai à 18h15 avec trois intervenants : Béatrice Bonhomme-Villani, Bérénice Bonhomme et Stello Bonhomme-Villani.

Béatrice Bonhomme-Villani, poète, directrice de revue, Professeur à l’Université de Nice-Sophia Antipolis en Littérature Française du XXe siècle, a créé, en 2003, un axe de recherche dédié à la poésie, POIEMA, au sein du CTEL (Centre Transdisciplinaire d’Epistémologie de la Littérature et des Arts vivants), Centre qu’elle a dirigé de 2007 à 2012. Elle a fondé avec Hervé Bosio, en 1994, la Revue Nu(e), revue de poésie et d’art, qui a consacré à ce jour 55 dossiers à l’œuvre des poètes contemporains et elle dirige La Société des lecteurs de Pierre Jean Jouve. Elle a publié de nombreux articles et ouvrages critiques sur la poésie moderne et contemporaine. Citons parmi ses récents ouvrages critiques : Mémoire et chemins vers le monde (une étude qui s’inscrit comme un hommage à de nombreux poètes contemporains) (Melis, 2009), Pierre Jean Jouve ou la quête intérieure (Aden, 2009). Béatrice Bonhomme a également publié des livres de poèmes. On peut citer les derniers titres : Mutilation d’arbre (Collodion, 2008), Passant de la lumière (L’Arrière-Pays, 2008), Précarité de la Lumière (La Rivière échappée, la Canopée, 2009), Variations du visage et de la rose (L’Arrière-Pays, 2014). Un livre sur l’œuvre de Béatrice Bonhomme a été publié en 2013 chez Peter Lang par Ilda Tomas et Peter Collier : Le mot, la mort, l’amour. Une de ses pièces de théâtre La Fin de l’éternité a été créée en 2009 à Grenade par Rafaël Ruiz.

Bérénice Bonhomme est Maître de conférence en Cinéma à l’Université Toulouse II le Mirail (ESAV). Egalement spécialiste de montage et projectionniste, elle est membre du laboratoire de recherche le LARA. A la suite de sa thèse, elle a écrit plusieurs livres sur les rapports entre Claude Simon et le cinéma. Elle a participé à la rédaction des notes du tome 2 de la Pléiade Claude Simon avec David Zemmour et sous la direction d’Alastair Duncan. Actuellement elle réfléchit sur image et imaginaire et sur la technique cinématographique et son rapport à la création. Elle a publié récemment Les techniques du Cinéma (Dixit, 2010) et développe un projet de recherche sur les chefs-opérateurs français et leur relation au numérique. Elle a monté et réalisé plusieurs films dont Le Goût de l’encre et Happening.

Stello Bonhomme-Villani a présenté de nombreuses expositions et collaboré avec plusieurs poètes contemporains pour des livres d’artistes, dont Bernard Vargaftig, Régis Lefort, Béatrice Bonhomme et Marie-Claire Bancquart. En 2010, il présente à Nice, une exposition personnelle, intitulée L’Empreinte d’un pli, qui constituait une réflexion sur l’acte de peindre et qui sera suivie de plusieurs expositions en France et plus particulièrement à Paris. Il consacre, depuis, son travail de peintre à la question de l’image pauvre et à la frontière entre abstraction et illustration au travers du prisme de l’anatomie. Ses œuvres, sur toile, papier ou verre, dépassent le cadre du tableau et se prolongent par une activité cinématographique et informatique. Stello Bonhomme-Villani est également doctorant en philosophie à l’Université de Nice où il prépare une thèse (Illusions d’agir, la représentation vidéoludique) sous la direction de Carole Talon-Hugon. Ses recherches portent sur l’Esthétique contemporaine et plus spécifiquement sur le statut des images à l’orée des nouvelles technologies.

Galerie Depardieu 6, rue du docteur Jacques Guidoni (ex passage Gioffredo)

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message