Christian Estrosi annonce un nouveau temps de la vie culturelle niçoise

S'ils sont (temporairement interdits pour cause de sécurité), les feux d'artifices (au moins leur effet sonore) sont toujours présents dans la communication de Christian Estrosi : un jour c'est l'économie numérique, un autre la cité de la santé, un autre encore le tourisme et puis l'événementiel sportif , les grandes manifestations (carnaval et jazz). Ne parlons pas des infrastructures (tramway) et des programmes immobiliers (Ray, Gare du Sud, Eco-Valle) ... Le foisonnement est tel que la ville change de visage à un rythme impressionnant... Dernière piste, la culture ..."Nice est une ville où la diversité culturelle est extraordinaire, Nice est aujourd’hui à la hauteur de son histoire, de sa tradition, et prête à affronter avec force son avenir !" ce sont les paroles de Christian Estrosi qui ont donné le "là" à la présentation de l'année 2018.

Si en 2017, les 13 musées municipaux ont accueilli près de 500.000 visiteurs, dont 100.000 pour la Biennale consacrée aux Ecoles de Nice, en 2018 ce sont 40 expositions temporaires dont 12 majeures qui seront proposées tout au long de l’année, avec plus de 320 artistes et scientifiques, plus de 80 partenaires nationaux et internationaux et 154 animations.

L’exposition phare sera celle intitulée « Matisse et Picasso, la comédie du modèle », au Musee Matisse à partir du 23 juin et jusqu’au 29 septembre. Seront exposées 150 œuvres majeures dont 40 prêts exceptionnels du Musée national Picasso et notamment 2 chefs d’œuvres absolus : "Autoportrait à la Palette" de Picasso et "Le Rêve" de Matisse.

Au MAMAC, 3 événements : au printemps, Renaud-Auguste Dormeuil hors les murs, cet été, « Cosmologie, au gré des éléments » sera proposé dans le sillage d’Yves Klein, et à l’automne, c’est Bernar Venet qui sera mis à l’honneur.

Au musée Masséna, 2 expositions : une ,qui est en cours, expose les photographies historiques de Jean Gilletta. Puis , à l’été, pour les 70 ans de Nice Jazz Festival , le plus ancien du monde, une exposition sera consacrée à 70 ans d’amour du jazz entre Nice et les musiciens.

Au musée de la Photographie de l’Image, 3 événements aussi : en ce moment, la remarquable collection Lola Garrido » ; de juin à octobre, ce sera l’exposition Franco Fontana, et à partir d’octobre, l’exposition consacrée à Bérénice Abbott.

Le Palais Lascaris, proposera une exposition intitulée « Bouillon de culture, 1960-1980 », qui raconte un autre Vieux-Nice, ce quartier alors très populaire qui était le lieu de rendez-vous d’artistes, de peintres, écrivains, poètes.

Le Musée d’Archéologie de Cimiez et de Terra Amata présentera une exposition au titre énigmatique : « Le fantôme de la Prom.. ».

La Galerie de la Marine accueillera les diplômés de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de la Villa Arson, soutenus par la Ville de Nice et la fondation Bernar Venet.

Après cette offre variée et tellement riche qui risque de provoquer l’indigestion aux courageux qui voudront faire l’en plein, on pensait d’être arrivé au but.

Mais non...nous voilà passé à la pyrotechnie : "L’année 2019, au cours de laquelle nous fêterons les 100 ans des Studios de la Victorine*, sera toute entière dédiée au cinéma avec une biennale "Un été pour le Cinéma". Le 7e art sera au coeur de nos événements culturels " a annoncé Christian Estrosi

Une année magique qui aura aussi une suite : "Un été et une année pour le cinéma qui sera aussi le thème de Carnaval, et aussi celui du festival du Livre, et il sera partagé avec tous les établissements culturels municipaux" a ajouté le maire de Nice, tellement heureux qu’il voudrait déjà y être !

* repris en régie par la Mairie et qui attend un projet d’utilisation lié au cinéma

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message