Appel pour le financement participatif du film : " René Vietto , le cycliste qui n’aimait pas le vélo"

Pagnol du vélo, René Vietto*, mort en 1988, inventeur de génie, grimpeur et descendeur extraordinaire, a fait rêver et pleurer des millions de personnes dans les années 1930-1940. La guerre lui a malheureusement enlevé ses plus belles années et il n'a jamais pu conquérir son Graal, le tour de France. Perdant magnifique et caractère hors norme, il n'a jamais eu la carrière que la vie lui promettait mais il a écrit parmi les plus beaux récits sportifs et humains dans une période bouleversante. Ce documentaire vient raconter sa légende et combler un manque. Raconter cette grande histoire humaine et française méconnue.

Son réalisateur Julien Camy** s’en explique : " Originaire du même village de Rocheville, à côté de Cannes, je suis parti à sa recherche sur les routes de France, rencontrant d’anciens cyclistes, retrouvant les lieux de ses exploits et tragédies, cherchant à faire ressentir des émotions, à raconter cette extraordinaire trajectoire humaine et histoire de France qui peut se lire à travers son destin".

Lui a déjà la tête dans le guidon : "Un film sur un homme, des hommes, sur ces rêves que l’on poursuit, sur une certaine période de la France et d’une région, parler d’un cyclisme et d’un autre temps... de l’humanité toute entière résumée dans un coup de pédale majestueux et ces paysages vertigineux comme la quête d’une vie’.

Et il y aura beaucoup de musique : des Kazabian à Ravel, de Peter Van Poehl aux Allesi Brothers, de Marvin Gaye à Curtis Harding...

Le crowfunding est sur le site ULULE et est supporté par l’association Givesmefiveminuteprod qui participe au documentaire produit par ACIS Production

*René Vietto, né le 17 février 1914 dans le quartier de Rocheville au Cannet (Alpes-Maritimes) et mort le 14 octobre 1988 à Orange (Vaucluse), est un coureur cycliste français1.

Le don de sa roue avant puis de son vélo à Antonin Magne sur le Tour de France 1934, après son bris de roue dans la descente de Puymorens et après son bris de chaîne dans la descente du Portet-d’Aspet, sont restés célèbres et ont contribué à la légende de celui qu’on appelait « le roi René ». Considéré comme l’un des plus grands grimpeurs de l’histoire du Tour, il était le plus populaire des cyclistes français au sortir du second conflit mondial.

**Julien Camy est journaliste, documentariste et historien du cinéma. Il a déjà réalisé deux documentaires, La Boulangerie du coin (2012) et L’Art et la manière culturelle à l’école (2014). Les questions humaines, sociales et culturelles sont essentielles dans son travail.

Féru de sport, il viens de publier avec son père, Gérard Camy, le premier livre explorant le sport dans le cinéma de fiction : Sport&Cinéma qui a reçu le prix du Meilleur Beau livre de cinéma 2016 par le syndicat français de la critique de cinéma.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message