Box-office : Django d’Etienne Comar

1943, lors de l'occupation allemande, le célèbre guitariste Django Reinhardt fait swinguer le Tout Paris alors que les siens, les tziganes, sont traqués et tués. Lorsque les autorités allemandes lui demanderont de donner des concerts à Berlin, il refuse de s'y rendre pour y jouer. Il préfère alors quitter Pigalle pour gagner la Suisse, avec sa femme et sa mère...aidé par sa maîtresse. Echappant à la forme classique du biopic, le beau film d'Etienne Comar se concentre sur cet épisode de la vie de ce musicien étourdissant, prince des nuits parisiennes, interprété avec force par Reda Kateb, parfait de gravité et de musicalité et Cécile de France, digne et sensible en résistante amoureuse. Le cinéaste signe une saga haletante et rend au passage hommage aux tziganes persécutés par les nazis dans toute l'Europe. Devant sa caméra, on découvre alors un Django qui pense à son art même en cavale, perfectionne encore et encore son jeu et livre un morceau à part dans son oeuvre : un Requiem pour mes frères tziganes, pour orgue, orchestre et choeurs, dont la partition est aujourd'hui perdue.


Cf : FramboiseMood.com

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message