Box-office : "Je danserai si je veux" de Maysaloun Hamoud

Avec son premier long-métrage, Maysaloun Hamoud, 35 ans, frappe fort. Ce qu'il lui a valu des menaces de mort. Dans le film "Je danserai si je veux", la réalisatrice Maysaloun Hamoud raconte ce choc des cultures en Israël et le chemin de l'une vers les autres. La réalisatrice (originaire de Galilée) s'attaque aux tabous de la société arabe israélienne : il y a la drogue, l'alcool, l'homosexualité de Salma, refusée en bloc par sa famille chrétienne, l'indépendance de Leïla, qui préfère quitter son petit ami lorsqu'elle découvre qu'il est bien plus conservateur qu'il ne le prétend.

D’un côté il y a Nour, voilée et conservatrice, originaire de la ville d’Oum al-Fahem. De l’autre, Leïla et Salma, deux jeunes Arabes israéliennes qui font les 400 coups dans l’anonymat de Tel Aviv.

Il y a surtout l’histoire de Nour, originaire de la ville conservatrice d’Oum al-Fahem.

Nour est d’abord choquée par l’attitude de ses colocataires quand elle emménage dans leur appartement de Tel-Aviv, mais finit par se rebeller contre sa famille et les traditions. Elle quitte son fiancé Wissam, barbu et peu avare de formules religieuses, après que celui-ci la viole, une scène montrée à l’écran.

Salué par la critique internationale, en version originale, le film s’appelle Bar Bahar, littéralement "Entre terre et mer" en arabe, traduit en "Ni ici, ni là" en hébreu. Il est pour sa réalisatrice, "la voix de toute une génération", celle des jeunes Arabes israéliens, les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d’Israël en 1948, et qui ne se sentent ni Israéliens ni Palestiniens à part entière. Ils représentent un Israélien sur cinq.

Son film met à l’écran ce que la société arabe israélienne tient caché, comme les soirées arrosées où les volutes de cannabis s’élèvent parmi les danseurs,

L’objectif de Mme Hamoud , ce pour quoi elle plaide, c’estde mettre la société "face à ses contradictions, pour pouvoir avancer".

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message