Box-office : Knock de Lorraine Levy

Knock est un ex-filou repenti devenu médecin, arrive dans le petit village de Saint-Meurice pour appliquer une "méthode’ destinée à faire sa fortune : il va convaincre la population que tout bien portant est un malade qui s’ignore. Et pour cela, trouver à chacun sa maladie réelle ou imaginaire dont il souffre.

Passé maître de l’art de la séduction ou manipulation , Knock est sur le point de parvenir à ses fins.

Mais il est rattrapé par deux choses qu’il n’avait pas prévues : les sentiments du coeur et un sombre individu issu de son passé venu le faire chanter.

On est dans la farce la plus théâtrale possible. On a le médecin charlatan, le curé qui va rentrer en rivalité avec Knock, le maire, la veuve riche, la femme du médecin nymphomane...

A la fin, un événement tragique arrive à Knock. La seule personne avec qui il était vraiment lui même, sans mentir et sans escroquer, meurt. Et la scène de fin qui va avec ça est particulière.

En effet, Knock va perdre Adèle. Lors de son enterrement, le prêtre accusé Knock d’être un escroc. Knock retourne les arguments du prêtre contre lui, meme s’il avoue à demi mots avoir été un escroc. Le village est outré du comportement du prêtre et décide de garder Knock. Knock fini donc heureux entouré de gens qui l’aiment, alors que pourtant, c’est un escroc.

La morale douteuse du film le fait pêcher. Omar Sy a un capital sympathie immense, et finalement, même si c’est un escroc, et bien on lui pardonne car il est sympa.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message