Cloches et clochers : Notre Dame de Lourdes

Cet édifice religieux situé à Carras dans un quartier ouest de la ville fut édifié en 1911. A cette époque le quartier est campagnard avec des petites maisons et leurs jardins.

Il y a le champ d’aviation où des aviateurs font voler leurs drôles d’engins, on citera Maïcon parmi ces fous du ciel. Des plans ambitieux, prévoyaient une importante emprise du sol, le chœur devait se trouver sur ce qui est aujourd’hui la promenade des Anglais. C’est par la route de l’intérieur que l’on rejoignait Saint Laurent du Var. Avec la guerre les travaux sont interrompus et le projet ramené à une taille bien plus modeste.

En fait ce ne sera qu’une modeste chapelle, seule la nef est achevée. Entre 1927 et 1930, le chanoine Gasiglia essaye de reprendre les anciens plans ou du moins donner à ces quartiers ouest de la ville une église plus grande. Son projet n’aboutit pas.

En 1960 Notre Dame de Lourdes est restaurée. Dans les plans de l’urbanisation et du développement vers l’ouest de la ville, il est prévu de la démolir, mais où reconstruire un lieu de culte dans ce quartier ?

Maître Jacques Peyrat ancien maire et sénateur de Nice en parlait avec nostalgie : « Notre Dame de Lourdes est la première église où je suis entré en venant à Nice en 1945. » La dernière messe est célébrée le 25 janvier 2003 avant de s’écrouler sous les coups de butoir des pelleteuses.

Aujourd’hui, dans un bâtiment de verre, triste et impersonnel, un espace a été réservé pour le culte. Dans ce quartier, de bureaux, triste et morne, animé par le seul ballet incessant des avions, une croix sur une façade signale la maison de Dieu.

Même si l’ancienne église n’avait aucun style, elle possédait une chaleur, une intimité, impossible à retrouver dans un espace aseptisé et sans âme.

Thierry Jan

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message