Exposition à la Galérie Ferrero : Claude Gilli issu du soleil de la mer

Exposition du 9 juillet au 9 septembre 2012

Claude Gilli est l’un des piliers non seulement de l’Ecole de Nice mais aussi de l’art contemporain français. Ses œuvres des années 1960, « à la frontière du pop art et de l’op art » (Restany, 1967), influenceront nombres d’artistes, notamment du Nouveau-Réalisme. Ainsi, ses tubes de peinture écrasés, d’où sortent les couleurs, seront revisités par Arman à partir de 1966.

Les Coulées de peintures inspireront aussi César qui les appellera Expansions en 1967. Claude Gilli est aussi l’un des pionniers de la sculpture en plexiglas (1968), matière qui sera reprise notamment par d’autres artistes de l’Ecole de Nice. Ses pâles poitrines dénudées sont antérieures à celles qui ont rendu célèbre Tom Wesselman, artiste du pop art américain, de même que ses portraits de Marilyn Monroe, incluses dans ses Ex-voto, préfigurent ceux d’Andy Warhol…

Près de quarante ans après lui avoir organisé une première exposition, la Galerie Ferrero rend hommage à l’artiste niçois qui, malgré une carrière parisienne, a su maintenir un lien fort avec sa ville d’origine. Ses paysages en bois découpés et peints sont autant d’hommage à la côte méditerranéenne qu’il affectionne tant.

Le titre de l’exposition reprend une citation d’Arman de 1966 : « Claude Gilli : issu du soleil de la mer ; regard : une lame de scie ; constituants : couleur plus la couleur, plus toujours la couleur, découpée, versée, étalée, plus la densité, plus la main. Moi j’aime ça ». Un demi-siècle plus tard, nous aimons toujours. Et la République française aussi qui vient, cette année, de lui décerner le grade de Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message