"Holga sur la Riviera" : carte noire et blanche à Magali Moscardo

Holga n’est pas un personnage issu d’un roman ou d’un conte, tout comme pour les disques et un retour aux vinyles, il y a en photographie une volonté de revenir à l’argentique. Le Holga est une de ces techniques du moyen format remise à la mode par les artistes photographes aujourd’hui.

Magali Moscardo nous invite ainsi à cheminer le long de la riviera entre Cannes et Menton.

A travers une trentaine de photos emblématiques, elle déroule son travelling et nous entraîne dans une visite de la côte, longeant la mer de la cité des festivals à celle des citrons.

Les palaces de la Croisette et leur ligne belle époque évoqueront de délicieux souvenirs. Les îles de Lérins et leur sauvage beauté, invitent à l’aventure et au recueillement. Antibes et la Garoupe, son cap, une mer grise aux écailles d’argents et des yachts paresseux sur leurs amarres, saisissent notre imagination.

Les ‘Marinas’ où par un jeu sur les bords de fuite de leur ligne, la photographe leur donne une âme et une beauté. Cagnes sur mer, le palmier, le passant, silhouette fragile et toujours la mer, on pourrait y lire Rimbaud. Le cygne à saint Laurent du Var, le calme de l’onde, oiseau de l’élégie nous chante son poème.

Nice et la Promenade des Anglais avec la Méditerranée en toile de fond d’un peintre impressionniste, on longe avec jouissance cette voie pour nous retrouver au cadran solaire de Rauba Capeu. Qu’elle heure est-il ?

Mais est-ce important quand Magali nous convie à la suivre ? Villefranche sur mer, la rade déserte et le banc seul vigie à surveiller l’horizon, nul passant, un arbre aux ramures hivernales décors où le ciel et la mer se confondent. Saint Jean cap Ferrat où une corniche nous mène à Beaulieu avec la petite anse et la mer transparente. Monaco, le musée océanographique, le cap Martin et plus loin l’Italie apparaissent dans la brume. Arrivé à Menton, terme de notre agréable périple, on découvre la cité des citrons assoupie, son musée Cocteau et le clocher de la basilique saint Michel.

L’ultime photo MENTON avec la mention N7, est tout un symbole pour conclure cet album de photos. Ce livre, cet album, on hésite à le définir, chaque photo étant elle-même un chapitre et un texte passionné. Magali Moscardo a su transmettre sa passion.

Ses photos en noir et blanc sont autant d’œuvres d’arts. Certains songeront à Doisneau en voyant ces photos pleines d’émotion. Magali quant à elle préfère la nudité des paysages. Les personnes n’y sont que silhouettes passives et ombres et cette particularité rend cet album unique.

De Cannes à Menton Magali nous guide sur la Riviera, sa Riviera et armée de son appareil, elle nous offre des vues merveilleuses, fruit de sa vision, celle de l’artiste et du photographe.

Holga sur la Riviera, un album indispensable dans votre bibliothèque.

Thierry Jan

CARTE BLANCHE & NOIR MAGALI MOSCARDO : « HOLGA SUR LA RIVIERA »

EDITIONS BAIE DES ANGES

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message