Journées européennes du Patrimoine : un voyage à travers l’histoire

Durant deux jours, le 17 et 18 septembre 2016, la ville de Nice ouvre les portes de son patrimoine. A cette occasion des lieux sublimes et historiques, habituellement fermés aux publics, accueilleront les visiteurs curieux.

« Avant de devenir la mairie, ce lieu était l’hôpital Saint Roch » Niçois et touristes se pressent de découvrir ce lieu emblématique de Nice, l’Hôtel de ville. Derrière ses murs se trouvent des pièces plus au moins inattendues. A commencer par le bureau du Président de la Métropole, Nice Côte d’Azur, Christian Estrosi.

Ce bureau, décoré de tableaux d’art contemporain et de quelques photos ou objets souvenirs, choisi soigneusement par Christian Estrosi, appartenait il y a quelques décennies au personnage mythique : Jean Médecin. Ce qui rend cet endroit aussi somptueux, c’est sans doute cette trace laissée du passé. « On essaye de conserver et de rester fidèle à l’architecture d’origine, ce qui remonte à 1930 ». Rarement accessible et occupé par Christian Estrosi depuis qu’il était Maire, les visiteurs profite de l’occasion, quitte à se lever un samedi matin.

Pas très loin, juste après avoir traversé la salle Chéret, décoré de tableaux du peintre Chéret et servant de salle de réception aujourd’hui, ce trouve le bureau du Maire, Philippe Pradal.

Un bureau sobre, modeste … mais pleins de vie à travers sa décoration. Sur ces murs blancs, fraîchement repeint, quelques tableaux aussi, une bibliothèque sur lesquels ce trouve des livres historiques de la ville et … Maitre Yoda ainsi que Dark Vador. Oui, Star Wars sur les étagères du bureau du Maire, c’est étrange. « Ceux sont des cadeaux de ma fille » explique-t-il à ces visiteurs, « elle voulait que la force soit avec moi, tout en me rappelant la sagesse et le côté sombre ».

Mais pas que, puisque sur les murs on voit également une réplique du célèbre tableau du Cri d’Edvar Munch. Le Maire explique qu’il a choisi ce tableau, pour ne pas oublier « ceux qui souffrent dans le silence afin d’aller les chercher pour les aider ». Une réalité d’autant plus vraie « après le 14 juillet ». Un tableau assez représentatif de cette vision puisque « ce n’est pas forcément le plus fort qui cri le plus haut ! » explique-t-il.

Enfin, près de ces trois salles liées, ce trouve la salle des Fresques. A l’intérieur, là aussi quelques tableaux de certains personnages, connus du public, retracent l’histoire de Nice. Garibaldi, Masséna, Napoléon III…

Mais comme la mairie est en plein réaménagement, d’autres salles, notamment celle du Conseil, reste à découvrir très bientôt.

Après la mairie, direction le Palais de la Préfecture, un endroit dans lequel les visiteurs ont aimé se perdre. Situé au cœur du Vieux Nice et appelé aussi le Palais des Rois Sardes, son architecture et sa décoration en dorures fait penser au Palais de Versailles. Avec ses plafonds recouverts de peintures du XVIIe siècle et son mobilier de l’époque, il laisse les visiteurs sans voix et des yeux comblés.

Aujourd’hui, c’est là où a lieu généralement les grandes réceptions et réunions politiques.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message