La réhabilitation du Palais Communal

Nice est d’une certaine façon une ville privilégiée. En 1144 le peuple niçois obtient les libertés communales. Il édicte ses propres règles et élit ses représentants, ceux qui administreraient la ville.

Ce privilège ne s’est jamais interrompu et que ce soit sous la souveraineté du Comté de Provence, sous la maison de Savoie après 1388 ou après 1860 sous la souveraineté de la France, ce sont les Niçois qui nommaient les hommes appelés à les représenter.

Le premier palais communal se trouvait sur la colline du Château là où étaient les centres vitaux et spirituels de la ville. Le développement urbain de la ville basse et les fortifications du XVI° siècle amènent à transférer les pouvoirs administratifs et spirituels dans la ville basse.

C’est ainsi qu’entre 1574 et 1581 on construit le palais communal sur la place saint François où se trouvent alors l’église et le couvent des Franciscains. On en reparlera. En 1584 l’administration municipale s’y installe. Elle demeurera dans cet édifice jusqu’en 1868, avec une interruption durant la période révolutionnaire et d’occupation française de 1792 à 1814.

Le palais communal devient en 1893 la bourse du travail et après la libération en 1945 le siège syndical de la CGT. Une première rénovation se fait en 1978. En 2009 il est décidé de réhabiliter ce palais du XVII° de style Baroque, de lui rendre sa splendeur et ses ors. Les projets de la municipalité vont dans la continuité de la politique de rénovation du patrimoine culturel niçois.

Ainsi il est déjà programmé la restauration de la place saint François. Les niçois voient tous les jours cette tour saint François donner l’heure et où flotte selon les caprices du vent le drapeau blanc à l’aigle, symbole du Comte rouge, d’où sa couleur.

C’est là aussi un projet de rénovation, rendre aux bâtiments actuellement affectées à la collectes des ordures leur destination d’origine. Nous allons faire un bond en arrière, remontant six siècles pour nous retrouver au XIII° siècle. La place saint François était l’emplacement d’une église et d’un couvent Franciscain. Cet édifice datant de 1240, soit du XIII° siècle est le plus ancien de Nice.

Certes il a été transformé après la révolution. Les diverses parties de l’église, du cloître et de son déambulatoire étaient devenues des édifices publics, un cinéma et même le dépôt des ordures. Le projet de réhabilitation va rendre à cette église sa destination. Lors de la visite de ce 16 avril 2016, monsieur le maire s’est fait architecte historique, montrant les murs, les voûtes et la nef de cet ancien édifice.

L’église des Franciscains avait une nef unique, orientée nord sud, le chœur se trouvait à l’emplacement de l’écran et de la scène de ce cinéma cabaret : Le Capitole.

Puis l’on revient dans ce palais communal de style baroque, lequel sera certainement le plus beau de notre ville après sa restauration.

L’organisation communale comportait le grand conseil de 40 membres, ces derniers nommaient le petit conseil de huit membres siégeant un étage en dessous et les quatre consuls de Nice étaient nommés par ce conseil restreint. Une porte protégeait l’accès au grand conseil contre les éventuelles manifestations de la population.

Dans ce palais communal il est prévu de restaurer les fresques murales et les plafonds Baroques. Au début du XX° siècle, une mode regrettable voulait que l’on cache sous des enduits de chaux les décorations et fresques murales. C’est un travail fastidieux de les retrouver et les restaurer.

C’est ici un autre défi dont la municipalité de Nice, jalouse et fière de son patrimoine, va relever le gant. Nous avons hâte de retrouver ces trésors de notre patrimoine dont cette église du XIII° siècle dont les fondations sont miraculeusement intactes.

Nous pouvons maintenant admirer la façade de l’ancien palais communal et apprécier le travail effectué pour rendre à cet édifice sa splendeur et sa beauté.

Thierry Jan

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message