La Russie s’installe au Musée Masséna de Nice

Cette année 2012 qui s’achève marque le centenaire de la Cathédrale Orthodoxe Saint Nicolas de Nice. Tout le monde a vu, à un moment où un autre les dômes imposants de cette église voulue et achevée par le Tsar Nicolas II en 1912, deux ans avant l’orage qui allait ravager et ensanglanter l’Europe et renverser trois empires.

DE LIVADIA Á NICE !

La riviera et Nice furent le rendez-vous de ces cours où les Empereurs, Rois, princes, tous cousins entre eux par la reine Victoria, venaient hiverner sur nos rivages aux hivers doux et cléments. On ne parle pas encore de Côte d’Azur, mais d’éternel printemps. Les Russes découvrent les paysages niçois, lesquels leurs rappellent la mer Noire et Livadia où le Tsar possède une résidence. La flotte Russe s’établie à Villefranche en 1860, la rade devenant une de leurs bases navales. Les scientifiques y installent une station zoologique marine.

L’impératrice Alexandra Feodorovna, veuve de Nicolas I° et Alexandre II sont des hôtes assidus. Le Tsarévitch Nicolas meurt à Nice et un monument est érigé à sa mémoire en 1867. La première église est construite rue de Longchamp en 1860. Outre l’aristocratie Russe, on y retrouve les intellectuels, artistes, poètes, écrivains, peintres et musiciens. Marie Bashkirtseff, Anton Tchekhov et Gogol furent, parmi d’autres les hôtes célèbres de la riviera. Si pour les Anglais ce fut l’acariâtre Thomas Smolett qui vanta Nice et ses beautés, à Saint Petersburg, c’est le frère du Tsar Nicolas I°, le grand-duc Michel qui fit découvrir cette contrée de la Méditerranée en 1837. Yalta, Livadia et Sotchi vont être peu à peu concurrencées et de Cannes à San Remo, l’intelligentsia et l’aristocratie, surtout que maintenant il y a le chemin de fer, vont choisir ces nouvelles contrées. Le commerce en profite et certains inscrivent sur leurs en tête le privilège d’être fournisseur de sa majesté le Tsar.

Bien avant les Gould à Juan les Pins, la grande duchesse Pavlona fait la promotion des bains de mer. Cette présence Russe à Nice, va renforcer l’alliance franco-russe et en septembre 1914 la Russie aura sa part dans notre victoire de la Marne, obligeant l’Allemagne à dégarnir son front occidental pour stopper l’offensive de Brousiloff. Les étudiants de la faculté des sciences, savent-ils que le château de Valrose avec son parc est l’œuvre du baron Von Derwies ? Ce fut un lieu de rencontre où la musique et la danse en furent les muses. Serge Diaghilev étant l’une des affiches prestigieuses de ce lieu alors mondain.

Cette présence Russe sur la riviera fut très importante, il est impossible d’en donner la vraie mesure en un article et on ne saurait que vous conseiller d’aller au musée Masséna afin de vous plonger dans cette exposition dédié à la Russie et d’y découvrir la vie à la belle époque, juste avant ce conflit, auquel personne ne croyait : « Ils sont tous cousins, pourquoi se feraient-ils la guerre ? » C’est jusqu’au 18 mars 2013 que la présence Russe sur la riviera vous est contée.
T Jan

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message