La Symphonie revient à l’Opéra

La symphonie revient ce soir (20h) et demain (16h) à l'Opéra avec un concert dirigé par Pierre-Laurent Airnard.

En 1977, alors qu’il n’avait que dix-neuf ans, Pierre-Laurent Aimard fut néanmoins choisi par Pierre Boulez pour être le soliste de l’Ensemble Intercontemporain, poste qu’il a occupé durant près de deux décennies.

Depuis 2009, il est le directeur artistique du festival d’Aldeburgh, en Angleterre, et son talent le conduit à jouer sur toutes les plus grandes scènes du monde, du Concertgebouw d’Amsterdam au Carnegie Hall de New York en passant par le Mozarteum de Salzbourg.

C’est sur celle de l’Opéra de Nice que le public azuréen pourra l’apprécier, ces vendredi 28 et samedi 29 octobre, dans le dernier concerto pour piano écrit par Beethoven : le numéro 5 en mi bémol majeur Empereur. Sa création à Leipzig en 1811 fut un triomphe pour le compositeur et la popularité de cette œuvre ne s’est jamais démentie depuis.

Sa force et ses reliefs seront servis par les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Nice placé, pour l’occasion, sous la direction de Daniel Kawka. Ce diplômé de l’Ecole normale de musique de Paris, et par ailleurs agrégé de musicologie, est, depuis 2011, le chef principal de l’Orchestra della Toscana de Florence.

En seconde partie de programme, un bond dans le temps est proposé au public avec Le Sacre du printemps d’Igor Stravinsky, une partition essentielle du 20e siècle composée en 1913 pour la compagnie des Ballets russes de Serge Diaghilev.

Au programme :

Ludwig van Beethoven : Concerto pour piano n° 5 en mi bémol majeur, Empereur, opus 73

Igor Stravinsky : Le Sacre du printemps

Piano Pierre-Laurent Aimard / Direction musicale Daniel Kawka

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message